Insolite à Vannes. La Garde Républicaine vient acheter des chevaux

Olivier Carette, vétérinaire des armées à l'antenne vétérinaire de la Garde Républicaine et le colonel Alain Puligny, commandant du régiment de cavalerie de la Garde Républicaine.

Olivier Carette, vétérinaire des armées à l’antenne vétérinaire de la Garde Républicaine et le colonel Alain Puligny, commandant du régiment de cavalerie de la Garde Républicaine. | Maël FABRE

Pour sa seule étape bretonne, la Garde Républicaine était, ce mercredi, à Vannes, dans le cadre de leur campagne d’achats de chevaux. Reportage chez Samuel Kervadec, éleveur.


La Garde Républicaine renouvelle son cheptel par OuestFranceFR

Après Nancy, l’Île d’Yeu et Bourg-en-Bresse, c’est en Bretagne que la délégation de la Garde Républicaine, composée d’un officier vétérinaire et de deux autres militaires du régiment de cavalerie, est venue rencontrer Samuel Kervadec, éleveur vannetais.

« Nous avons besoin, chaque année, d’environ 40 chevaux pour renouveler le cheptel et remplacer les chevaux réformés. Nous en avons déjà acheté 10 », explique le colonel Alain Puligny, commandant du régiment de cavalerie de la Garde Républicaine

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la sélection est stricte. Les chevaux, « selle français », hongres ou entiers, doivent avoir trois ans, de couleur franche, entre 1m66 et 1m70 au garrot, avoir de bons aplombs, de bons pieds et non ferrés. Enfin, calmes de caractère pour assurer les missions de sécurité publique et effectuer diverses patrouilles aux abords des stades ou sur la côte.

La Garde Républicaine n’a sélectionné qu’un seul cheval. Direction maintenant Nantes, pour un autre défilé.

Samuel Kervadec, éleveur vannetais, présente un cheval à la délégation de la Garde Républicaine.

Samuel Kervadec, éleveur vannetais, présente un cheval à la délégation de la Garde Républicaine. | Maël Fabre

Source : Ouest-France

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.