[Info VA] Affaire Traoré – Le patron de la gendarmerie écrit à ses troupes pour les soutenir et met en garde: “Pas d’amalgame avec George Floyd”

FRA : BEAUVAU : Seminaire des Prefets contre l'islamisme

Dans un texte courageux, adressé à l’ensemble des 100 000 gendarmes, accessible en interne sur « le blog du DG », le général d’Armée Christian Rodriguez exprime son soutien total aux gendarmes impliqués dans l’arrestation d’Adama Traoré. Il en a profité pour renouveler sa confiance aux gendarmes confrontés ces derniers temps à des situations délicates. Nous avons pu consulter ce texte. Extraits.

Voilà un message de soutien qui va mettre du baume au cœur des gendarmes. Au lendemain de la manifestation interdite, rassemblant néanmoins plus de 20 000 personnes à Paris pour crier à la bavure policière et réclamer la vérité dans la mort d’Adama Traoré, mort à la suite d’un contrôle de gendarmerie, le directeur général de la gendarmerie passe à l’offensive. A la manière du général Denis Favier qui avait défendu, en grande tenue sur BFMTV, un gendarme impliqué dans la mort d’un militant d’ultra gauche à Sivens, Rodriguez défend sans réserve ses troupes.

« Tout mon soutien et toute ma confiance à nos camarades impliqués »

Sans aucune agressivité mais avec fermeté, le général Rodriguez commence son texte par rappeler son attachement au secret de l’enquête : « L’enquête judiciaire est à l’instruction et je ne me livrerai donc à aucun commentaire sur ses développements. » Le message qui suit est explicite. Le général soutient ses hommes : « J’ai adressé et je souhaite renouveler ici tout mon soutien et toute ma confiance à nos camarades impliqués, ainsi qu’à leurs familles. » Effectivement, les familles des gendarmes de Beaumont-sur-Oise avaient reçu des dizaines de menaces de morts à la suite de la mort d’Adama Traoré. Tous les gendarmes avaient demandé leur mutation. Fait exceptionnel : la direction générale de l’époque les avait toutes validées, pour soutenir les gendarmes injustement accusés.

« L’intervention de nos camarades s’est faite dans un cadre légitime et sous la direction de magistrats »

Plus loin, Rodriguez poursuit, après avoir rappelé son attachement au respect de la présomption d’innocence : « L’intervention de nos camarades s’est faite dans un cadre légitime et sous la direction de magistrats. » Une référence importante : c’est à la demande du procureur de la République que les gendarmes du PSIG avaient cherché à interpeller Bagui Traoré, avant d’interpeller son frère Adama, qu’ils ne connaissaient ni ne recherchaient. Adama Traoré a attiré leur attention car il s’est enfui en courant à leur vue. Et de rappeler que cette interpellation avait donné lieu à « plusieurs nuits d’émeutes, de dizaines de coups de feu contre les forces de l’ordre ». Et d’ajouter : « Cela constitue la meilleure réponse à nos détracteurs. »

Le chef militaire rappelle ensuite le contexte actuel particulièrement tendu pour mieux soutenir ses hommes, « c’est à vous toutes et tous que je veux réaffirmer ma confiance. Vous faites face très souvent sur le terrain […] à des situations extrêmement tendues et délicates. » Le mot de la fin est clair : « Jamais je ne céderai aux amalgames. Car non les circonstances entourant le décès d’Adama Traoré en France et de George Floyd aux Etats-Unis ne sont comparables en rien ! » Très offensif, il martèle : « Jamais je ne laisserai passer ni s’imposer l’idée selon laquelle la gendarmerie serait un collectif violent et s’en prendrait à la population, pire, à un partie de la population. C’est un contresens absolu. Le service de la population est la raison même de notre engagement. » Et de conclure sans aucune ambigüité : « Pensées renouvelées pour les camarades du Val d’Oise actuellement sur le terrain. J’ai entièrement confiance en vous. »

Source : Valeurs Actuelles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.