INFO LE POINT. La trafiquante de cocaïne travaillait… à la PJ

17549288lpw-17549700-article-cocaine-jpg_5719749Dans cette affaire, les enquêteurs ont déjà mis la main sur plusieurs kilos de cocaïne, à 35 00-40 000 euros le kilo. Image d’illustration.

Une fonctionnaire de la police judiciaire de Paris a été mise en examen pour importation et trafic de stupéfiants. Elle a été placée sous contrôle judiciaire.

En tentant de démanteler un réseau de trafiquants de cocaïne, les limiers de la police judiciaire (PJ) ne s’attendaient pas à tomber… sur une collègue. L’information n’a pas filtré, mais une source judiciaire au TGI de Paris l’a confirmée au Point. Une adjointe administrative qui travaille à l’état-major de la PJ a été placée en garde à vue dans le cadre d’une enquête pour trafic de stupéfiants. Elle a ensuite été déférée et mise en examen.

Ce réseau n’est pas d’une grande envergure, mais l’un des probables maillons travaillait ainsi au siège de la police judiciaire à Paris (PJPP) : l’ex-36, quai des Orfèvres, devenu le « 36 » rue du Bastion en déménageant de l’île de la Cité pour la porte de Clichy. Dans cette affaire balbutiante, les enquêteurs ont déjà mis la main sur plusieurs kilos de cocaïne, à 35 000-40 000 euros le kilo. Interpellée à son domicile du Val-de-Marne jeudi par le groupe stupéfiants du 2e district de police judiciaire (2e DPJ), l’adjointe administrative a accompagné les enquêteurs au huitième étage de la PJPP, pour la perquisition de son bureau. Dans la chaîne du trafic, elle est soupçonnée d’être la « nourrice », c’est-à-dire la gardienne de la marchandise de ce réseau organisé en famille, selon une source proche de l’enquête. La suspecte appartiendrait à un clan défavorablement connu de la police et de la justice notamment dans le Sud-Est francilien.

En quittant le 36, quai des Orfèvres, la police judiciaire laisse derrière elle quelques histoires rocambolesques. Dont la fameuse affaire du vol en 2014, par un fonctionnaire de police, de 52 kilos de cocaïne dans les scellés de la brigade des stupéfiants. Nul doute que l’apparition, au huitième étage du siège de la PJ, des collègues de la 2e DPJ, (…)

Lire la suite sur LePoint.fr

Source : News Yahoo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.