Influence de “Big Pharma” et instrumentalisation de la peur : quand le narratif s’effrite…

Trois entorses publiques au dogme officiel Pixabay License

L’industrie pharmaceutique veut votre bien. Les “fact-checkeurs” de Facebook sont au service de la vérité. L’État français est impartial, rationnel et responsable, et ne joue pas sur la peur. Autant de dogmes que des péripéties ont légèrement écornés ces derniers temps… Et en public. Récapitulatif :
 

Le passe sanitaire ne passera pas au Mexique :

Dans une conférence tenue le 2 août, le président mexicain, Andrés Manuel Lopez Obrador, a rejeté l’idée d’instaurer tout type de « certificat » lié à la vaccination contre le Covid-19. Un tacle envers les laboratoires pharmaceutique venu de la tête de ce pays comptant moins de 50% de personnes vaccinées et moins de 30% de personnes ayant reçu plus de deux doses, pour une population totale de 126 millions d’âmes. Après différentes présentations sur le sujet, l’ancien politologue, au pouvoir depuis 2018 est affirmatif, bien qu’il faille selon lui continuer la vaccination dans son pays, il n’y a pas besoin de cette mesure pour « assurer qu’il n’y a pas de contamination ».

Voir la vidéo ICI

Vidéo via @PerezArturo3

Le vérificateur de Facebook pas si impartial ?

Un membre du Congrès américain a remis en question l’impartialité de factcheck.org, censé s’attaquer à la désinformation vaccinale sur les réseaux, le site d’information américain s’est révélé être indirectement financé par le fabricant de vaccins Johnson & Johnson.

Thomas Massie, élu du Kentucky à la Chambre des représentants des États-Unis, explique que factcheck.org est financé par une organisation, la fondation Robert Wood Johnson, sponsorisant Johnson & Johnson, producteur de vaccins, ayant près de deux milliards de dollars d’actions dans l’entreprise pharmaceutique.

Le site produisant de la prétendue “vérification des faits” se défend face au politicien en rétorquant que ceux qui leurs permettent de susbsiter n’interfèrent pas dans les “décisions éditoriales”.
 

La vraie-fausse gaffe du préfet de la Guadeloupe

Quelques minutes avant le début de sa conférence de presse, pensant qu’il n’était pas enregistré par les micros, filmé sur l’estrade de cet évènement, Alexandre Rochatte a expliqué à sa la directrice de l’ARS qu’il fallait dans le discours qu’ils s’apprêtaient à tenir, adopter « un ton grave et catastrophique, mais pas moralisateur ».

Des propos maladroits, notamment mal accueillis par les opposants au passe sanitaire, décriant une manipulation de l’information. L’intéressé juge que son comportement face à ce discours n’est pas important : « les polémiques politiciennes ne m’intéressent pas. Ce qui m’importe c’est bien la situation sanitaire du département qui est, je le répète, catastrophique. » À cela, M. Rochatte précise qu’il « assume complètement » les propos ayant fuité.

Auteur(s): FranceSoir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *