Il y a des bruits qui courent qui disent que c’est à Canjuers que l’armée française apprend aux ukrainiens à se servir du canon Caesar. On en est à 1000 hectares de cramés. Je dis ça, je dis rien.

Il n’y aurait rien d’étonnant à cette information car ce n’est pas habituel de poursuivre les entraînements de tir en période estivale dans le midi.

Il faut se souvenir qu’il y a quelques années l’un des incendies de Marseille avait pris naissance sur le camp de Carpiagne au cours d’un tir avec balle traçante qui présente un risque supplémentaire en matière de risque de feu dans un secteur où tout est déjà grillé par le soleil.

Alors le camp de Canjuers situé dans une zone où il ne fait pas froid non plus présente un risque centuplé car c’est l’un des plus grand camp d’Europe, propice aux tirs aux canons longues portées qu’ils soient sur chars, automoteurs ou tractés.

Rien d’autre que l’assistance inconsciente à l’Ukraine ne justifie la poursuite des exercices de tir en ce mois de juin particulièrement caniculaire. Là comme dans d’autres domaines les décisions sont prises par des irresponsables incapables de dire « Non » à une organisation supranationale ou à nos politiciens corrompus.

Le feu qui s’est déclaré, samedi 18 juillet, peu après 9 heures, suite à un exercice de tirs sur le camp de Canjuers est loin d’être sous contrôle.

Lundi 20 juin, en fin de journée, les pompiers font état d’un sinistre ayant déjà ravagé 1.000 hectares de végétations, essentiellement des herbes et des broussailles. « Le vent tourbillonnant, entre 20 et 30km/h, et un relief qui empêche l’intervention des moyens terrestres dans certains secteurs rendent difficiles les opérations de lutte », indique le Service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Var. « Des reprises se sont développées sur les crêtes. »

Ils estiment toutefois que « la situation s’améliore » car « le feu n’est pas sorti des limites du camps militaire. »

Pour éviter que le feu dépasse celle du Grand Margès, les pompiers du Var ont à nouveau fait appel à un important soutien aérien, déjà intervenu le premier jour et renforcé dimanche.

« Actuellement, des moyens aériens de la Sécurité Civile, composés de 4 Canadair et d’un Dash 8, œuvrent pour limiter l’avancée des reprises », indiquent les secours. « Ils vont être rejoints par au moins un autre capable de larguer 10 tonnes de retardant afin de déposer une ligne de retardant sur la limite du camp militaire. »

Les 320 soldats du feu du Var, de l’UIISC 7 de Brignoles, des Alpes-Maritimes et des Alpes-de-Haute-Provence présents sur place poursuivent leurs efforts.

Le Sdis du Var a également déployé « deux hélicoptères bombardiers d’eau du Sdis 83 et une unité d’intervention par hélicoptère de type commando Feux de Forêts sont engagés pour héliporter des combattants au plus près des foyers inaccessibles. »

La nuit s’annonce longue pour les soldats du feu. « L’important dispositif poursuit les opérations d’extinction pour maîtriser les points chauds même sur les secteurs difficiles d’accès », prévient le Sdis 83.

« Les moyens aériens de la Sécurité Civile soutiendront les actions au sol jusqu’à 21h18, fin du jour aéronautique. »

https://www.varmatin.com/faits-divers/incendie-de-canjuers-deja-1000-hectares-de-broussailles-partis-en-fumee-des-routes-fermees-a-la-circulation-775666

Source : ns2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.