Il a frappé le gendarme qui le maintenait au sol

Dans la nuit du 12 avril à Vitré, un conducteur de scooter grille un feu rouge dans le centre de Vitré. Repéré par les gendarmes qui lui demandent de s’arrêter, il prend la fuite.

Deux jours plus tard, il est reconnu par les forces de l’ordre grâce à sa plaque d’immatriculation. En civil cette fois, elles tentent une nouvelle fois de l’arrêter. Mais ça se passe mal. Le conducteur, mis à terre, frappe le gendarme qui le maintient au sol.

Hier, l’homme de 24 ans s’expliquait au tribunal correctionnel de Rennes. « Je n’ai pas entendu les sommations. Je ne savais pas que c’était un gendarme ! Je me suis retrouvé avec un flingue pointé sur mon casque… J’ai cru à une agression et je me suis défendu ! »

Le gendarme aura quatre jours d’Incapacité totale de travail (ITT), de nombreuses ecchymoses recouvrant tout le corps. Coupant trop souvent la parole au juge, puis au procureur, le prévenu tente des excuses à l’encontre des gendarmes. Avant de préciser : « Je ne suis pas un criminel, je travaille, je paye mes impôts. » Il écope de deux mois avec sursis et l’interdiction de conduire un véhicule pendant deux mois. Et devra payer en outre 500 € à la victime pour le préjudice moral.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.