Hautes-Pyrénées : 4 gendarmes tués dans un accident d’hélicoptère

L’appareil s’est écrasé près de Cauterets alors qu’il transportait quatre gendarmes, qui sont décédés dans le crash d’hélicoptère.

L'accident d'hélicoptère a eu lieu près de Cauterets, dans les Hautes-Pyrénées. Image d'illustration.

Quatre gendarmes ont péri vendredi lorsque leur hélicoptère a heurté une paroi dans un secteur montagneux des Hautes-Pyrénées dans l’un des accidents les plus meurtriers de ce type ces dernières années. L’accident, le plus grave jamais survenu pour un hélicoptère de la gendarmerie, a eu lieu peu avant midi durant une mission d’entraînement en altitude à Cauterets, a précisé à l’Agence France-Presse un haut responsable de la gendarmerie. L’appareil de la gendarmerie de Tarbes, un EC 145, était en mission en montagne avec un pilote, un copilote et deux gendarmes de haute montagne, lorsqu’il a heurté une paroi pour une raison qui n’a pas encore été déterminée, selon la même source.

Deux des victimes servaient au sein du détachement aérien de la gendarmerie de Tarbes, les deux autres au peloton de gendarmerie de haute montagne de Pierrefitte-Nestalas. Le commandant de région, le général Bernard Clouzot, se rendait sur place aux côtés des familles des victimes, pour se recueillir à leurs côtés. Il devait être rejoint en fin d’après-midi par le directeur général de la gendarmerie nationale, le général d’armée Denis Favier, puis en soirée par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Le président François Hollande a fait part de son « émotion après ce tragique accident » et a adressé ses « condoléances aux familles et aux proches des victimes ». Il leur a témoigné « la pleine solidarité de la nation en ces circonstances douloureuses ». Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a exprimé son « infinie tristesse » pour les « victimes qui n’ont malheureusement pas survécu à l’accident ». Le Premier ministre Manuel Valls a également tweeté sur son « immense tristesse. Pensées émues pour les familles et collègues des gendarmes décédés », a-t-il poursuivi.

Manuel Valls ‎@manuelvalls

Accident d’hélicoptère dans les Hautes-Pyrénées. Immense tristesse. Pensées émues pour les familles et collègues des gendarmes décédés.

Pas d’enquête judiciaire

Il semble que la météo était clémente lors de l’accident. Des investigations sont en cours pour déterminer ses causes. « Pour l’instant, je n’ai pas décidé d’ouvrir une enquête judiciaire », a déclaré à l’Agence France-Presse le procureur de la République de Tarbes, Éric Serfass, en route pour le site de l’accident.

D’importants moyens ont été engagés dans ce secteur très difficile d’accès dans la zone du pic de Vignemale, à 3 298 mètres d’altitude. « La colonne de secours a atteint les débris de l’hélico », selon la préfecture des Hautes-Pyrénées. Le crash aurait eu lieu près du couloir de Gaube, une faille profonde sur la face nord du Vignemale, haute de 600 mètres et en permanence gelée. L’appareil était positionné sur le Détachement aérien de la gendarmerie de Tarbes, où il pouvait servir à deux PGHM, celui de Pierrefitte-Nestalas et de Bagnères-de-Luchon.

Le PGHM de Pierrefitte-Nestalas, dont deux gendarmes sont décédés, est le plus vieux de la chaîne pyrénéenne et assure le secours en haute montagne sur le département une semaine sur deux en alternance avec les CRS. Ce PGHM a mené 237 secours sur le département en 2015 et 29 en renfort sur le département voisin de la Haute-Garonne. Les gendarmes de haute montagne effectuent principalement des missions de secours au-delà de 2 000 mètres.

Accident d’hélicoptère le plus meurtrier dans la gendarmerie

Le plus meurtrier pour un hélicoptère de la gendarmerie, cet accident est aussi l’un des plus meurtriers ces dernières années en hélicoptère, en particulier pour un appareil du secours en montagne ou de la sécurité civile.

Depuis 1954, date de la première utilisation des hélicoptères en gendarmerie, 25 gendarmes ont été tués lors d’accidents d’hélicoptère (Indochine, Algérie, massifs montagneux en France…). Le dernier accident mortel remontait à 1997 au Pic du Midi avec l’accident d’un Alouette III qui avait fait deux morts.

En avril 2006, dans la région, trois militaires ont péri près de Barèges (Hautes-Pyrénées) quand un Puma avait heurté un câble sur un versant de montagne. En avril 2009, cinq personnes, dont un bébé né en vol, sont mortes dans l’accident d’un hélicoptère de la Sécurité civile en Corse.

Source : Le Point

La rédaction de Profession-Gendarme : une pensée émue pour nos camarades  et leurs familles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.