Gilets jaunes. Maxime Nicolle, alias Fly Rider, interpellé à Bordeaux… puis libéré

FRANCE-POLITICS-SOCIAL-DEMOMaxime Nicolle est connu sur Facebook comme Fly Rider | GUILLAUME SOUVANT / AFP

Maxime Nicolle, l’un des leaders du mouvement des Gilets jaunes, a été interpellé à Bordeaux samedi au milieu d’un de ses directs diffusé sur Facebook. Selon la préfecture, les forces de l’ordre avaient demandé aux Gilets jaunes présents à Bordeaux de se disperser, ce que Maxime Nicolle a refusé de faire alors que les manifestants voulaient faire un « défilé nocturne ».

Une des figures nationale et controversée du mouvement des Gilets jaunes, Maxime Nicolle a été interpellé samedi 26 janvier au soir à Bordeaux où il était venu manifester dans l’après-midi, a-t-on appris auprès de la préfecture. Il est sorti du commissariat avant 23 h.

À sa sortie, cette figure du mouvement a indiqué devant la presse qu’il « était en train de partir quand j’ai été interpellé ». Une centaine de personnes s’étaient rassemblées pacifiquement devant l’Hôtel de police pour demander de « libérer nos camarades ». 38 personnes ont par ailleurs été placées en garde à vue, selon le parquet.

Maxime Nicolle a été interpellé en début de soirée dans le centre de la capitale girondine où s’étaient rassemblés environ 200 manifestants décidés à mener une action nocturne.

L’homme « faisait parti d’un attroupement à qui il a été donné l’ordre de dispersion. Malgré cet ordre, il est resté et à inciter les autres à faire de même », selon la préfecture.

5 000 personnes à Bordeaux

Après avoir participé à la manifestation de l’Acte 10 des Gilets jaunes samedi dernier à Toulouse, Maxime Nicolle était venu ce samedi 26 janvier à Bordeaux, une autre place forte du mouvement dans le Sud-Ouest.

Ce samedi, environ 5 000 personnes, selon une estimation concordante de médias, ont participé à l’Acte 11, manifestation ponctuée d’accrochages, quoique d’une intensité moindre que les derniers week-ends.

Quarante-neuf personnes ont été interpellées selon la préfecture, qui, pour la première fois depuis le début du mouvement, n’a pas communiqué sur les chiffres de la mobilisation.

Selfies avec les Gilets jaunes

S’exprimant à des journalistes en début de rassemblement, Maxime Nicolle, avait lancé, « à ceux qui disent que le mouvement s’essouffle, je dis ‘regardez’. Regardez ce qui se passe. On est au mois de janvier. On est toujours là. Et on sera là le temps qu’il faudra ».

Au cours de la journée, il avait aussi posé pour de nombreux selfies avec des Gilets jaunes, et signé quelques autographes.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.