« Gilets jaunes » : à quoi faut-il s’attendre pour l’acte 16 de la mobilisation ?

Gilets-jaunes-a-quoi-faut-il-s-attendre-pour-l-acte-16-de-la-mobilisationDes milliers de « gilets jaunes » sont attendus à Paris. © Eric FEFERBERG / AFP

Après un acte 15 qui a vu les « gilets jaunes » enrayer la baisse de la mobilisation, des rassemblements sont à nouveau prévus à Paris et sur l’ensemble du territoire.

« On a un gros mois de mars qui arrive (…) il ne faut rien lâcher ». Dans une vidéo publiée jeudi, Eric Drouet, l’un des visages médiatiques des « gilets jaunes », donnait le ton. Alors que l’acte 15 a marqué un regain de la mobilisation, après plusieurs semaines de baisse consécutive, les manifestants contre la politique d’Emmanuel Macron comptent bien être présents en masse dans les rues de France pour le seizième samedi de suite. Et ce alors que le président de la République a appelé vendredi à un « retour au calme ».

Samedi 23 mars, 46.600 personnes ont battu le pavé sur l’ensemble du territoire, contre 41.000 une semaine auparavant, selon les chiffres du ministère de l’Intérieur. Même hausse à Paris, où 5.800 manifestants avaient été comptabilisés.

 

Les « gilets jaunes » veulent « engloutir » Paris 

Comme chaque semaine, l’épicentre de la contestation sera la capitale, où plusieurs rassemblements sont prévus. L’événement « Gilets jaunes acte 16 : Insurrection », pour lequel plus de 5.000 personnes se disent « intéressés », fixe le rendez-vous sur la place de l’Etoile, et les organisateurs appellent à « bloquer la place le plus longtemps possible ». La manifestation n’est pas déclarée. De leur côté, les organisateurs de l »événement « Acte 16 : Gilets jaunes unis : On lâche rien », donnent également rendez-vous au pied de l’Arc de triomphe, mais précisent eux que le rassemblement sera déclaré en préfecture. Un autre événement évoque un pique-nique sur le Champ-de-Mars. Enfin, une autre page Facebook appelle à « engloutir » Paris. Présent la semaine dernière à Rennes, le médiatique et controversé Maxime Nicolle sera cette fois présent dans les rues de la capitale.

Des stations fermées. Sur son site, la RATP annonce que plusieurs stations de métro sont susceptibles d’être fermées à partir de 9 heures : Tuileries, Concorde, Champs-Elysées Clemenceau, Franklin D Roosevelt et Miromesnil.

Un rassemblement international à Lille, une assemblée citoyenne à Bordeaux 

À Lille, où entre 1.000 et 2.000 personnes s’étaient mobilisées samedi dernier, un rassemblement « régional et international » est annoncé. La page de l’événement a été partagée par Eric Drouet. Les organisateurs appellent les « gilets jaunes » de « Belgique, Angleterre, Luxembourg, Pays-Bas et Nord de l’Allemagne » à se rassembler dans la ville du Nord. Les autres villes de France sont également invitées à « internationaliser » leurs cortèges en invitant les « gilets jaunes » de Catalogne ou d’Italie. « Notre lutte est internationale. Partout dans le monde, les ‘gilets jaunes’ triompheront », écrivent encore les organisateurs.

À Bordeaux, l’une des places fortes du mouvement depuis le début de la mobilisation, une assemblée citoyenne doit se tenir à 17 heures sur la place de la Bourse ou de l’Opéra. Avant cela, le cortège s’élancera vers 14 heures de la place de la Bourse.

Du côté de Lyon, plus de 1.000 personnes sont inscrites comme participants au rassemblement dans la capitale des Gaules. Un dress code est notamment prévu : le noir « symbole du deuil de son avenir promis au mépris et à l’obscurantisme si nous n’agissons pas ensemble ».

Dans le Tarn et Garonne, Montauban sera le point de ralliement des « gilets jaunes » du département, et 300 personnes y sont attendues à partir de 14 heures, indique La Dépèche du midi

Rennes interdit les manifs dans son centre-ville, dispositif « inégalé » à Nantes

Lors de l’acte 15, les mesures prises par les autorités à Rennes n’avaient pas permis d’éviter les heurts, et sept policiers avaient été blessées, tandis que la préfecture avait fait état de 26 interpellations. Jeudi, la préfète de Rennes a donc annoncé un nouvel arrêté d’interdiction des manifestation dans le centre-ville.

Capture d’écran 2019-03-01 à 21.08.25À l’inverse, le centre-ville de Nantes ne sera pas interdit, mais le dispositif de sécurité sera renforcé. Dans un communiqué, le préfet promet ‘ »un dispositif de sécurité inégalé depuis le début de ce mouvement ». Un arrêté « portant interdiction de transport de tout objet pouvant servir d’arme par destination dans un périmètre élargi couvant le centre-ville et ses abords est pris », ajoute le communiqué.

Source : Europe 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.