Gendarmerie : les adjoints volontaires diplômés

Gendarmerie : les adjoints volontaires diplômés
Une cérémonie a précédé la remise des diplômes (ML)

Onze jeunes Guyanais ont été diplômés par la gendarmerie, vendredi. Une formation accessible sans le bac.

Onze élèves gendarmes adjoints volontaires (Egav) ont reçu leur diplôme, vendredi, en présence notamment du préfet, Martin Jaeger, et du commandant de la gendarmerie en Guyane, le général Patrick Valentini. C’était la quatrième promotion de ce genre en Guyane. La formation est ouverte aux jeunes filles et garçons de 18 à 26 ans, sans condition de diplôme. À la sortie, ils obtiennent un contrat de deux ans renouvelable une fois pour trois ans, pendant lesquels ils secondent les sous-officiers de gendarmerie.
Au bout d’un an de service, ils peuvent présenter eux-mêmes le concours de sous-officier, même s’ils ne sont pas munis du bac, condition habituelle de présentation du concours. Second avantage, la formation peut se dérouler en Guyane. Il y a une formation par an, qui se déroule pendant les grandes vacances scolaires pour pouvoir profiter des installations d’un établissement scolaire, en l’occurrence le lycée Élie-Castor, à Kourou. Elle peut également se dérouler dans l’Hexagone. 13 000 Egav seront formés cette année.
PRÉSIDENTE ET HOMME TEMPS
Le premier du classement de la promotion guyanaise, Gaëtan Grivet, a été honoré. Il a été affecté au Peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (Psig) de Matoury.
Miya Bidiou, elle, était la « présidente » des stagiaires. Originaire de Saint-Laurent, la jeune fille âgée de 21 ans a été séduite par la carrière lors d’une présentation de la gendarmerie au Pôle emploi de sa commune. Elle ambitionne de passer le concours de sous-officier et d’intégrer la Brigade motorisée ou de devenir officier de police judiciaire. Elle envisage de repasser son bac après un premier échec.
Autre personnage du groupe, Élias Doudou est « l’homme temps » ou « l’élève chant » , c’est-à-dire celui qui lance les chants au sein du groupe. Un rôle très sérieux qui n’a pas empêché cet originaire de Maripasoula de terminer troisième du classement de la promotion. Son père était piroguier dans la gendarmerie de Maripasoula. Lui intègrera le Psig de Saint-Laurent.
Source : France Guyane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.