France : le poison expérimental Moderna déconseillé par la HAS pour les doses de “rappel”

Publié le 15 octobre 2021 par Olivier Demeulenaere

« On se lève tous pour Pfizer, Pfizer, Pfizer ! » 🙂 OD

Covid-19 : pour les doses de rappel, la HAS recommande Pfizer et non plus Moderna

Par principe de précaution et en raison d’un risque peut-être plus important de myocardites et de péricardites qu’avec Pfizer, la Haute autorité de santé estime que le vaccin Moderna ne doit plus être utilisé pour des injections de rappel.

Pour la troisième dose de vaccin contre le Covid, les autorités sanitaires françaises recommandent d’utiliser exclusivement le vaccin de Pfizer/BioNtech et d’attendre un avis de l’agence européenne du médicament avant d’utiliser éventuellement le vaccin Moderna.

La campagne de rappel concerne en France les plus de 65 ans, les immunodéprimés et leurs proches, les personnes à risque, comme les obèses et les diabétiques, ainsi que les soignants. Dans chaque cas, il faut avoir été vacciné depuis au moins six mois.  

Dans son dernier avis du 6 octobre, la Haute autorité de santé (HAS) recommandait pour ce rappel l’utilisation du vaccin Pfizer, sans écarter l’usage du Moderna, qui n’a pas encore obtenu d’autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le rappel.

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3292786/fr/covid-19-utiliser-le-vaccin-de-pfizer-pour-le-rappel-de-vaccination

« Les annonces de diverses autorités sanitaires ont mis en lumière les inconnues qui demeurent sur la dose et la population cible pour le rappel par Spikevax (Moderna) et justifient d’attendre que l’instance européenne apporte les précisions attendues dans le cadre de l’AMM en cours d’examen », écrit désormais la HAS dans un communiqué. 

Alerte des pays scandinaves

Début octobre, les pays scandinaves ont suspendu la vaccination via Moderna pour les plus jeunes ou même, en Islande, pour tous les adultes. Ils ont annoncé qu’ils porteraient à la connaissance de l’agence européenne du médicament des études portant sur un possible risque accru de myocardites et péricardites lié à l’usage de ce vaccin. 

En toute hypothèse, ces risques demeurent « rares et spontanément résolutives dans la quasi-totalité des cas », souligne la HAS.  

« Une position de prudence »

« Mais ce contexte, la circulation actuellement modérée du virus et le travail en cours à l’agence européenne du médicament pour définir la population cible (quelle limite d’âge) et surtout le dosage (dose entière ou demi-dose) conduisent la HAS à revenir plus strictement à une position de prudence », indique-t-elle. 

Position qui consiste donc à attendre l’avis de l’agence européenne du médicament avant de poursuivre l’utilisation du vaccin Moderna en dose de rappel. 

Par contraste, aux Etats-Unis, un comité d’experts a recommandé cette semaine une dose de rappel du vaccin anti-Covid de Moderna pour certaines catégories de populations, un mois après avoir pris la même décision pour le vaccin de Pfizer. 

Orange actualités, le 15 octobre 2021

Rappels :

Blachier : « Ce qui a été observé chez Moderna peut être observé avec Pfizer »

Injection Moderna : l’Islande dit stop jusqu’à nouvel ordre

Après la Suède, le Danemark et la Finlande suspendent à leur tour l’injection Moderna pour les moins de 18 ans et les moins de 30 ans

Source : Olivier Demeulenaere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.