Femmes des forces de l’ordre en colère au côté de Place d’armes

Cher camarade, cher compatriote,

Je suis heureux d’avoir pu compter sur l’association Femmes des forces
de l’ordre en colère (FFOC)
lors du rassemblement à Montauban
des responsables de Places d’armes qui a eu lieu début septembre.

Aurélie Laroussie, sa présidente, nous a fait l’honneur de se joindre à nous.

Dans le reportage de TVLibertés à l’occasion du rassemblement de Montauban, Madame Laroussie explique sa présence : « Je pense qu’il est temps, vu l’état
du pays, vu l’état sécuritaire, vu les violences grandissantes, vu l’insécurité grandissante à l’approche des élections, de se fédérer avec d’autres organisations qui ont les mêmes valeurs, les mêmes attentes que nous. »

Je suis d’accord avec la présidente de FFOC. En ces temps de troubles
pour notre pays, il est important de se serrer les coudes.

Je vous propose de découvrir, si vous ne la connaissez pas déjà, cette association dont le but est de soutenir les forces de l’ordre, les militaires et les pompiers, de dénoncer leurs conditions de travail déplorables, les violences
qu’ils subissent tous les jours (agressions physiques et/ou verbales constantes)
et une réponse pénale quasi inexistante quant à leur préjudice.

Le 21 juin 2017, en raison de son succès sur Facebook depuis près de quatre mois, le groupe FFOC s’est transformé en association. Cette dernière est composée
de conjointes de membres des forces de l’ordre (policiers, gendarmes, policiers municipaux, sécurité civile, pompiers, asvp, douaniers, surveillants pénitentiaires, militaires), mais aussi de proches et de citoyens solidaires soutenant les personnels en uniforme.

FFOC : « Notre objectif final est de faire cesser l’impunité de tous ceux
qui s’attaquent aux forces de l’ordre, à leurs familles et à leurs enfants. Rendre un visage humain à la police et surtout sa place dans le cœur
de la population. »

À l’occasion de son intervention au rassemblement de Montauban, Aurélie Laroussie  nous raconte l’organisation par l’association d’un hommage à Eric Masson, le policier tué par balles à Avignon en mai dernier.

Fustigeant un « certain laxisme » dans cette affaire, elle souligne que la mort d’Eric Masson est représentative de cette haine du flic, que beaucoup dénoncent depuis des années, mais qui ne cesse de s’accroître et d’augmenter. Elle termine son propos sur une note fataliste : « C’est pourquoi, aujourd’hui, Éric Masson est mort et que demain, très certainement, d’autres personnes pourront périr sous des balles, des tirs de mortiers d’artifice ou de cocktail. »

FFOC et Place d’armes sont toutes deux nées du constat de délitement
et de danger de la France où l’insécurité règne et où les drames
sont quotidien pour les forces de l’ordre et l’ensemble du peuple
de France.

C’est pourquoi il est important, je dirais même vital, de soutenir nos associations.

Je vous remercie de faire un don à Place d’armes, en cliquant sur le lien
ci-dessous
.

Je fais un don à Place d’armes

Ensemble, serrons les rangs !

À bientôt !

Jean-Pierre Fabre-Bernadac

Source : Place d’Armes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.