EXPLOSIF : C’est la réponse gouvernementale au COVID-19 qui est responsable de 30 200 décès en France, pas le COVID-19 agissant seul (étude du Pr Denis Rancourt)

Capture

Un article scientifique écrit par Pr Denis Rancourt, Dr Marine Baudin et Dr Jérémie Mercier publié sur la plateforme ResearchGate démontre après analyse de la mortalité toutes causes confondues en France depuis 1946 (chiffres de l’Insee) que :

  • le COVID-19 n’a pas généré de mortalité inhabituelle sur la saison hivernale 2019-2020 en France.
  • un fin « pic-COVID » de mortalité (largeur de 1 mois seulement) est arrivé à un moment jamais vu dans l’histoire de l’épidémiologie française (maximum du pic à fin mars 2020). Ce « pic-COVID », présent dans certaines juridictions de moyenne latitude de l’hémisphère Nord (mais pas toutes et avec des intensités très variables d’une juridiction à l’autre) ne peut pas être simplement une épidémie, et selon l’hypothèse la plus probable a été généré par les mesures politiques consécutives à la déclaration de pandémie par l’OMS le 11 mars 2020.
  • les mesures politiques mises en place pour juguler la propagation du SARS-CoV-2, le virus à l’origine du COVID-19, ont été responsables, selon l’étude, d’environ 30 200 décès en France.

La médiatisation du COVID-19 actuelle est en décalage total avec la réalité épidémiologique observée. L’importance de cette maladie sur la mortalité des français est exagérée, alors que l’impact sur la mortalité des mesures politiques mises en place pour contrer cette maladie est catastrophique (environ 30 200 morts). Les auteurs appellent à revoir les politiques « sanitaires » récentes au vu des résultats de leur étude.

 

Censurée de la plateforme Scribd à peine 60 minutes après la publication de cet article, l’étude du Pr Rancourt a été publiée sur le site Internet Archive où elle devrait être en sécurité.

Nous avons analysé les données historiques et récentes de mortalité toutes causes confondues pour la France et d’autres juridictions à des fins de comparaison, en lissant une courbe théorique pour quantifier les décès dus à la charge hivernale et les décès dus à des événements exceptionnels. De cette façon, on peut observer le COVID-19 avec une perspective historique. Ainsi, nous prouvons que le « pic COVID » présent dans les données de mortalité toutes causes confondues de certaines juridictions de l’hémisphère Nord à moyenne latitude, y compris la France, ne peut pas être un événement épidémiologique naturel étant survenu de façon naturelle, en l’absence d’une grande perturbation non pathogène. Nous sommes convaincus que le « pic COVID » est artificiel.

Pas de mortalité inhabituelle sur la saison hivernale 2019-2020

Tout d’abord, le COVID-19 n’a pas généré de mortalité inhabituelle sur la saison hivernale 2019-2020 en France. Au regard de la mortalité toutes causes confondues analysée depuis 1946 en France, aucune différence statistique n’est observée pour l’hiver 2019-2020. La charge hivernale de mortalité est restée dans la norme.

Lire la suite de l’article sur le site de Guy Boulianne

Voir aussi :

Denis G. Rancourt et 239 scientifiques remettent en cause le mode de transmission du Covid-19 : Les masques ne fonctionnent pas

Un prêtre catholique de tradition nous rappelle que les masques font partie du rituel occultiste et concourent à notre soumission au prince de ce monde

 Rappel :

Coronavirus et manipulation politico-sociale : le masque comme rite de passage vers un Nouvel Ordre Mondial…

Source : Olivier Demeulenaere

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.