EU (76) Le gendarme réserviste accusé de port illégal d’uniforme

Un réserviste de gendarmerie de la ville d’Eu (Seine-Maritime) devait répondre de port illégal d’uniforme et d’escroquerie, du 15 mars 2010 au 15 mars 2013, devant le tribunal de Dieppe. Lors de l’enquête, les victimes ont expliqué qu’il leur faisait croire qu’il était un haut gradé de la gendarmerie de Rouen pour se faire prêter de l’argent. En réalité, il exerçait sa profession dans une usine du secteur. Pour rembourser ses victimes, il faisait appel à son cercle familial et ses nombreuses connaissances. Très impliqué dans la vie politique municipale, membre de la commission des décorations, il participait aux cérémonies commémoratives en tant que gendarme réserviste.

Parallèlement il a séduit une femme dans le sud de la France en lui laisser miroiter une vie commune dans l’une de ses maisons à Eu. La victime a vendu ses biens. En gare de Paris, son séducteur est arrivé en tenue de gendarme… mais vivait avec une autre femme. «  Je ne lui ai rien promis, juste un logement mais elle n’a pas compris  », se défend le faux gendarme.

« Acheteur compulsif »

Devant le tribunal il se présente en victime de sa femme, partie en le dépouillant de ses biens, de ses enfants, qu’il ne voit plus, et de la société, qui n’a pas reconnu à leurs justes valeurs les séquelles de ses états de service à Beyrouth en 1983. Il dément avoir porté l’uniforme, estimant que les victimes se trompent.

«  Il a escroqué quatre personnes en se faisant passer pour un haut gradé. Il est manipulateur et menteur et en usait pour régler ses dettes d’acheteur compulsif  », a résumé la procureure en portant ses réquisitions à deux ans de prison dont un ferme, avec obligation de rembourser ses victimes. Son avocat a indiqué que ses victimes avaient été remboursées, mise à part la famille envers laquelle il a encore une dette de quelque 70 000 €.

Le tribunal rendra sa décision le 8 mars 2016.

Source : Courrier Picard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.