Et l’homme devint « homo inutilus »

L’image de titre est parlante.
En fin d’article une réaction d’Anne E. de Bretagne devrait aider les endormis à réfléchir.
Au milieu la photo des 4 joyeux lurons autour d’un beaujolais nouveau nous ramène à notre jeunesse…

par Gérard Luçon.

Tout semble partir de la théorie de l’évolution qui a vu cet être appelé « homme » passer d’Homo Habilis à Homo Erectus, à Homo Neanderthalensis, à Homo Sapiens, Homo Sapiens-Sapiens, pour en arriver à ne plus être bien utile … remplacé par la Machine Habilis !

Pour ceux intéressés par la lignée de ces « Homo » voici un lien

Les révolutions industrielles et le progrès

Rappelez-vous, dans « La Gloire de mon Père » quand l’instituteur explique aux élèves que grâce à la mécanisation l’homme pourra enfin rester à la maison à jouir de la vie et du « farniente » ; ce brave instituteur n’avait pas prévu les étapes intermédiaires avec les luttes sociales, les congés payés, la sécu et la retraite, ni l’arrivée ensuite de la société individualiste !!!

Tout cela commence à être réellement concret en France en 1936, puis c’est la période d’après-guerre marquée par un élan de solidarité et de reconstruction du pays, débutant ce qui va rester dans l’histoire comme « Les 30 glorieuses ».

Le retour de bâton : la couverture sociale et la privatisation des retraites

Les retraites par répartition ne peuvent exister à priori que dans une société qui progresse (économie et natalité), donc l’après-guerre a été extraordinaire pour ce système, et les cotisations retraite dépassaient le total des pensions payées … en stagnation ou en récession ce système ne tient plus et bien entendu, en France, le bénéfice issu des cotisations des années antérieures a été « volé » (voir ci-dessous) … donc nous sommes désormais dans un système où l’on cotise en confiant son argent à une banque ou une société d’assurances … ça s’appelle la capitalisation … et leur but est bien évidemment de nous rendre le moins possible en plus de ce que nous avons cotisé, donc allongement de la durée de cotisation, opacité sur les placements liés ce que chacun a versé, et pourquoi pas vaccination des vieux pour « abréger la souffrance des actionnaires » … parce l’augmentation de la durée de vie sans augmentation de la durée de cotisation n’entre pas dans la catégorie « profits », alors que la machine entre dans la catégorie investissement-amortissement !

Rappel concernant le « vol par l’État » du fonds de réserve

Il y a treize ans, le 14 avril 2008 exactement, Le Canard Enchainé révélait que la vénérable Caisse des Dépôts et Consignations (CdC), avait mal évalué le crack boursier et perdu 3 milliards d’euros en trois mois, au détriment du Fonds de Réserve des Retraites, le FRR, que Jospin avait créé en 2002, en le dotant de 30 milliards d’euros. Ce FRR devait atteindre 300 milliards d’euros en 2020, pour garantir le financement des retraites. Les différents gouvernements Sarkozy et Hollande, mais surtout le gouvernement Fillon avec les ministres du Travail Xavier Bertrand et du Budget Eric Woerth (cf leurs propres déclarations), ont « pioché » dans le fonds pour combler des déficits divers et variés. Selon son site internet, au 31/12/2016,  le FRR disposait d’un « Portefeuille » de 36 milliards d’euros, total des actifs de « couverture » et ceux de « performance » (SIC, allo les experts !). Donc, en 14 ans d’existence (2002-2016), le Fonds devant garantir nos pensions de retraite n’a augmenté que de… 6 milliards d’euros et en 2020 il devrait disposer de 300 milliards d’euros ! Apparemment en 2019 il était de 43 milliards d’euros et dans le document joint on découvre que ce FRR (en plus) est utilisé comme variable d’ajustement pour le gouvernement !!

Donc nous en sommes au point où il n’y a plus aucune couverture financière possible, en France, pour les retraites en cette période de « disette » économique…

——————–

Je vais passer sur le soldat augmenté et la guerre à distance, les drones sont déjà actifs, les assassinats ciblés aussi, nous n’avons apparemment plus vraiment besoin de chair à canon… d’autant plus qu’on peut tester de nouvelles armes sur des populations civiles en toute quiétude, grâce à des organismes internationaux inutiles, quand ils ne sont pas complices !

Une autre chose est à noter notamment au niveau de l’Union européenne, la disparition de la propriété privée individuelle

On voit dans le lien en dessous que la France et l’Allemagne ne sont pas dans le peloton de tête, alors que l’Espagne caracole devant en compagnie de pays dits « de l’Est » :

D’ailleurs l’Espagne a récemment annoncé la couleur avec la fin des CDI, des maisons personnelles et la retraite à 70 ans ! Nul doute que l’harmonisation européenne va demander aux autres pays de s’aligner sur cette décision « pleine de sagesse » et qui permettra à des Sociétés civiles immobilières de remplacer ces petits propriétaires privés …

Ce genre de décision se retrouve aussi dans la privatisation des Établissements hospitaliers pour Personnes âgées dépendantes et le droit (à venir) pour les Établissements de se servir sur les retraites des « pensionnaires/clients » et aussi sur les héritages lors des décès.

Par contre il manquait cette revendication du Revenu minimum dans l’arsenal de l’Union européenne. C’est lancé avec l’Allemagne qui teste le truc ! je me demande comment cela va être interprété et commenté, non pas à cause du montant mais plutôt à cause de ces politiciens et leurs médias serviles qui qualifient d’assistés les gens ne travaillant pas, peut-être les appelleront-ils les « rentiers de base », ou bien les « inutiles » … les « personnes à charges » ! Et ces personnes auront-elles le droit à une retraite décente ? Auront-elles une vraie couverture sociale ?

La fin de la solidarité

De fait ce que le progrès nous a supprimé, entre autres à nous français, c’est ceci :

« […] Moi, je vais vous dire : ce qu’ils veulent détruire, c’est pas les vieux quartiers. Les taudis, ça les empêche pas de dormir, vu qu’ils ont jamais dormi dedans. Ce qu’ils veulent détruire, c’est plus subtil : c’est l’amitié. Oui l’amitié. Dans les H.L.M., au moins, y en a plus, y a plus de conversations, plus rien. Les types se voient pas, se connaissent pas, leur reste que la famille, et c’est pas toujours primesautier, pas vrai ?

– Sûr, approuva Civadusse.

– On est d’accord, poursuivit Gogaîlle. Quittez pas mon raisonnement. Au point de vue politique, si l’homme peut plus en causer avec des copains, qu’est-ce qui lui reste ?

– La télé ? insinua Bitouillou.

– Tu m’as compris ! L’opinion à domicile, comme l’eau courante. Plus besoin de bouger un arpion. L’homme, faut l’isoler, le mettre sous un béret. Sans quoi il attrape la réflexion. Qui dit bistrot dit contact. Pas de bistrots aux H.L.M. Quand tu prendras ton verre de beaujolpif à un distributeur automatique, la France sera finie. Nettoyée ».

René Fallet – Paris au mois d’août, 1964.

Et ce que le confinement plus ou moins élargi, l’individualisme et l’isolement amènent les uns et les autres à accepter au lieu de lutter, c’est cela :

Coup de colère d’une amie

« Puta*n ! Ils sont contents ! Contents d’avoir un semblant de liberté. Contents de pouvoir mettre une narine dehors. Tous, là, au taquet, prêts à foncer depuis les starting-blocks comme si le Sésame venait de s’ouvrir. Mais il n’y a pas de trésor dans la grotte et il n’y en a pas non plus dehors. D’ailleurs il n’y a pas de « dehors ». Mais qu’est-ce que vous vous imaginez ? Que demain sera comme hier ?? Comme hier, avec un coton-tige dans le nez, voir dans l’anus, une aiguille prête à vous transpercer le biceps pour vous instiller des substances dont vous ne connaissez ni la composition, ni les effets !, des applications qui vont vous suivre partout jusque dans les chiottes, j’en passe et des meilleures… Mais qu’est-ce qu’il vous reste de votre cerveau pour vous en servir et comprendre ce qu’il est en train de se passer ??? En quoi devriez-vous avoir un pass sanitaire pour vous déplacer dans ce monde qui est vôtre comme chacun de nous tous ? Qui décide de ceci ? De quel droit limiter vos déplacements ? Sous prétexte d’une « pandémie » qui décime, selon son bon vouloir, tant de morts ici, et tant de cas asymptomatiques là ? Mais dans quel délire théâtral sommes-nous exactement ? Qui entre vous, se pose vraiment des questions sur ce qui se passe depuis plus d’un an ? À tête reposée, avec objectivité et en regardant tous les tenants et aboutissants du cirque qui nous est imposé depuis lors. Qui fait preuve d’incohérence, de décisions aberrantes en dehors de tout bon sens ? Qui brime les gens, les culpabilise, comme s’ils étaient coupables d’une situation dont ils ne sont en rien responsables? Qui les infantilise depuis des mois comme des imbéciles incapables de comprendre quoi que ce soit ? Arrêtez d’avoir peur ! Regardez les choses en face, avec objectivité, comparez les chiffres, non seulement avec les autres pays, mais aussi avec les autres maladies virales au cours du temps passé. Soyez lucides, prenez le temps d’analyser la situation au-delà des informations anxiogènes que l’on vous impose. Respirez ! Souriez ! Soyez prudents, bien sûr, mais vivez ! Bordel ! VIVEZ ! Et renvoyez dans les abimes les pourfendeurs de la destruction de l’humanité. Un peu de lucidité, que diable !

(Anne E. de Bretagne)

Alors, Homo Inutilus et cobaye adepte de la résilience, ou bien Homo Sapiens « reloaded », adepte éventuellement de la Baffothérapie et de la mode nouvellement lancée : « Tart’up Nation » ?

Source : Reseau International

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.