En France, des généraux sont traînés dans la boue pour leur patriotisme exemplaire (1)


Cher camarade, cher compatriote,
« Bruit des bottes », « redite du putsch d’Alger », « généraux en charentaises », « pitrerie »,
« danger fasciste », « théorie du complot »
Vous vous en souvenez, la tribune dite « des généraux » – dont je suis l’auteur – a rencontré
un formidable écho au mois d’avril dernier. Vous l’avez vous-même constaté, notre texte
a fait beaucoup parler de lui, et pas toujours en termes élogieux… y compris au sein
de l’Institution.

Le 29 avril dernier, Hervé Grandjean, porte-parole du ministère des Armées, annonce des sanctions
« exemplaires ». Le même jour, le général Lecointre, ancien CEMA (chef d’état-major des armées), prône quant à lui la radiation des généraux signataires. 
Paradoxe, si le système dénonce notre texte, les Français, eux, nous suivent. 
58 % de nos compatriotes sondés ont affirmé soutenir ce texte. Dans le contexte
actuel de défiance envers les politiques de tous bords et d’abstention massive aux élections,
ce pourcentage est énorme. 
Mais saviez-vous que la situation est allée beaucoup plus loin à l’encontre de certains
des généraux signataires de notre tribune ?

Le long calvaire de ces officiers courageux a continué plusieurs mois, jusqu’à la convocation
le 19 juillet dernier de six généraux devant un conseil de discipline, au ministère des Armées. 
Peut-être vous demandez-vous pourquoi cette convocation ne concerne que ces six officiers : il s’agit des généraux de deuxième section qui ont assumé publiquement leur signature dans
les médias, considérés de ce fait et par leur statut comme les « chefs de file » des signataires.
Les conséquences pourraient être aussi graves qu’humiliantes pour ces officiers :
la radiation pure et simple de la deuxième section.

De surcroît, les généraux doivent s’acquitter de frais de justice et d’avocat conséquents. Si nous
ne pouvons rien faire pour leur éviter l’humiliation d’une radiation de leur statut, nous avons
en revanche la possibilité d’exprimer notre solidarité en les aidant financièrement.
Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous pour faire un don à Place d’armes qui les soutient directement. 
 
Je fais un don à Place d’armes

Je vous remercie pour le bon accueil que vous ferez à ma demande.

Jean-Pierre Fabre-Bernadac

Source : Place d’Armes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.