En arrêt maladie pour être «Prince de l’amour», Zoubir le policier fait aussi l’objet d’une enquête judiciaire

zoubir_200121Zoubir fait l’objet d’une enquête judiciaire et de plusieurs enquêtes administratives. (capture écran TikTok)

Zoubir, policier affecté sur le XVIe arrondissement de Paris, a confirmé dans l’émission « Touche pas à mon poste » ce mardi soir sur C8, qu’il avait participé à une téléréalité alors qu’il était en arrêt de travail. La préfecture de police a également réagi à son intervention télévisée.

Son visage et son prénom sont partout depuis le début de la semaine. Zoubir Bouzidi était l’invité de l’émission « Touche pas à mon poste » (TPMP) sur C8 hier soir, présentée par Cyril Hanouna, pour évoquer sa présence dans « Princes et princesses de l’amour » sur W9, depuis la semaine dernière. Le fonctionnaire de 25 ans est aussi très actif sur les réseaux sociaux, parfois en tenue d’uniforme.

Lors de son passage dans TPMP, Zoubir est revenu sur sa situation actuelle. Il a expliqué qu’il avait pris une disponibilité au début de l’année 2020. Il s’agit d’une position où le fonctionnaire cesse temporairement d’exercer son activité dans la fonction publique et n’est plus rémunéré. « Quand j’ai pris cette dispo c’était justement pour me lancer dans mes projets de mannequinat, mais ça n’a pas marché », reconnait-il. Zoubir raconte qu’il a ensuite décidé de revenir dans la police mais qu’il avait entre temps passé « des castings de télé ». « J’ai repris, je suis resté une semaine et je me suis mis en arrêt » de travail.

Il évoque des comportements racistes et xénophobe

Puis le fonctionnaire se livre à une série de révélations : « Ça faisait un moment que j’avais des soucis là-bas [dans la police], que tous les délires de contrôles au faciès et de racisme, beaucoup de comportements, me gênaient dans la police. Je n’arrivais plus à me reconnaître en fait ». Le jeune homme dénonce ensuite des comportements supposés de ses collègues ainsi que l’attitude « xénophobe » de certains d’entre eux, ajoutant que ce n’est pas la faute de « l’institution, qui est noble de base ».

« Ce sont des clichés », lui répond Bruno Pomart, ancien instructeur du RAID et président de l’association Raid Aventure. « C’est dommage que tu te ridiculises et que tu ridiculises la maison police avec ce que tu fais là très sincèrement », lance ensuite l’ancien policier, au….

Lire la suite : Actu17

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.