Droit de réserve : un gendarme ne devrait pas dire ça…

DÉBAT. Le capitaine de gendarmerie Hervé Moreau a écopé d’un blâme de la ministre des Armées pour avoir dénoncé, dans un livre, l’explosion de la violence, y compris dans les campagnes, et le laxisme judiciaire. Lanceur d’alerte ou officier déloyal ? C’est le débat de ce dimanche.

blame ministre devoir de reserve gendarme officier herve moreau debat ne devrait pas dire ca.jpg

5.000. C’est le nombre d’exemplaires de son livre Vérités d’un capitaine de gendarmerie, édité à compte d’auteur, que le capitaine de gendarmerie Hervé Moreau a déjà vendu. Dans cet ouvrage, il révèle, par une enquête de terrain, l’ampleur de la délinquance en France depuis son expérience à la gendarmerie de Beaune, en Bourgogne. En réponse à cette rupture du droit de réserve, la ministre des Armées Florence Parly a adressé un blâme – une des sanctions les plus sévères – au capitaine.

Le livre décrit sans concession « crimes, agressions, violences familiales, trafics de stupéfiants, pillages (…) » en plein cœur de la Bourgogne, qui prend des airs, au fil des années, de cité sensible. Surtout, l’analyse du capitaine est particulièrement acerbe…

Lire la suite : Front Populaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.