Dordogne : le centre national d’entraînement des forces de gendarmerie a 50 ans

Le centre national d’entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) a 50 ans. Le site, qui accueille désormais entre 13.000 et 15.000 stagiaires par an, a été créé le premier avril 1969, juste après les émeutes de mai 1968.

Capture d’écran 2019-03-13 à 21.28.19

Les marines américains à l’entraînement avec des gendarmes français à Saint-Astier – Olivier Pena – CNEFG
Saint-Astier, France

Il a 50 ans tout juste ! Le centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier, tout près de Périgueux, en Dordogne fête son cinquantième anniversaire.

Une grande cérémonie militaire est prévue ce vendredi 15 mars à la caserne. Le ministre de l’intérieur Christophe Castaner pourrait bien faire le déplacement pour l’occasion.

Exercice de maintien de l'ordre à Saint-Astier - Radio France
Exercice de maintien de l’ordre à Saint-Astier © Radio France – Antoine Balandra

Ce centre a été créé officiellement le premier avril 1969 quelques mois après les manifestations violentes de mai 1968. Une actualité qui fait écho forcément aujourd’hui, avec la crise des gilets jaunes et la violence observée lors de certaines manifestations

Car ce qu’il faut bien comprendre c’est qu’à l’époque, en 1968, les unités de gendarmerie s’entraînaient chacune dans leur coin. La décision est donc prise de créer un centre d’entraînement pour uniformiser le niveau de formation.

Dans le centre d'entraînement, de fausses rues ont été reconstituées pour l'apprentissage du maintien de l'ordre - Radio France
Dans le centre d’entraînement, de fausses rues ont été reconstituées pour l’apprentissage du maintien de l’ordre © Radio France – Antoine Balandra

Il voit le jour à Saint-Astier sur une ancienne base de soutien de l’armée de l’air. “La gendarmerie voulait un centre unique pour toutes les unités, pour créer un creuset commun, pour mettre tout le monde au même niveau” explique le général Stéphane Bras, commandant du CNEFG.

Aujourd’hui, le site a bien grandi : 240 hectares, un faux village avec de fausses rues pour entraîner les militaires en conditions quasi réelles. 210 personnes y travaillent en permanence pour accueillir chaque année entre 13 et 15.000 stagiaires.

Des forces de l’ordre du monde entier

Des gendarmes français bien sûr… Mais également des forces de l’ordre du monde entier. Beaucoup d’Allemands, d’Italiens ou d’Espagnols. Mais aussi des Marines américains qui étaient encore en stage au mois de janvier. Plus étonnant, des gendarmes pakistanais ou saoudiens viennent se former à ce qu’il est d’usage d’appeler “la gestion démocratique des foules”.

Des gendarmes en formation au maintien de l'ordre à Saint-Astier - Radio France
Des gendarmes en formation au maintien de l’ordre à Saint-Astier © Radio France – Antoine Balandra

“Il y a des pays qui ont d’autres repères, et le but c’est de les former à la gestion démocratique des foules, et de leur apporter de nouvelles valeurs pour une pratique plus démocratique pour tout ce qui est maintien de l’ordre. On leur présente ce qui est fait ici en France, avec des principes d’absolue nécessité, de proportionnalité, de gradation dans la réponse, de cadre légal, en fait, de leur faire partage nos valeurs” dit le général Stéphane Bras, commandant du CNEFG

Le centre de Saint-Astier forme aussi à l’usage des LBD, les lanceurs de balles de défense, mis en cause dans la crise des gilets jaunes. Une arme à n’utiliser précise-t-on ici, “qu’en cas d’extrême légitime défense”.

Lire la suite et vidéo : France Bleu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *