Des vaccins qui se propagent comme un virus ….

Technocrates et scientifiques fous ou corrompus s’ingénient à nous rendre la santé impossible !

Des vaccins qui se propagent comme un virus ….Si vous pensiez que les technocrates avaient abandonné leur rêve dystopique de « vacciner » tout le monde et tout ce qui existe sur la planète, vous auriez tort. Ils sont en train de concevoir, ou ont peut-être déjà conçu, des « vaccins » qui se propagent d’une personne à l’autre

par ANNE,

Si vous pensiez que les technocrates avaient abandonné leur rêve dystopique de « vacciner » tout le monde et tout ce qui existe sur la planète, vous auriez tort. Ils sont en train de concevoir, ou ont peut-être déjà conçu, des « vaccins » qui se propagent d’une personne à l’autre – tout comme les virus eux-mêmes – plutôt que d’être injectés à chaque individu « pour déclencher une réponse du système immunitaire ».

Si tel était le cas, cela signifierait que peut-être seulement cinq pour cent de la population britannique, soit trois millions de personnes, auraient besoin d’être « immunisés », rapporte le Daily Mail. Et toutes les autres personnes – celles qui ont choisi de ne pas se faire vacciner – « attraperaient » alors le vaccin qui se répandrait rapidement à travers le pays dans des gouttelettes en suspension dans l’air transmises par un contact étroit avec d’autres personnes, « tout comme le rhume et la grippe se répandent déjà ».

Une douzaine d’instituts de recherche aux États-Unis, en Europe et en Australie étudient déjà le potentiel des vaccins à diffusion automatique à la suite de la pandémie de coronavirus.

La plupart des recherches portent sur la propagation de l’animal à l’animal ou de l’animal à l’homme, la recherche sur l’homme se concentrant jusqu’à présent sur la sécurité de principe de cette idée.

La recherche est subventionnée par des organismes de financement de premier plan, dont les National Institutes of Health des États-Unis (la principale agence de recherche médicale du pays).

Pour fabriquer un vaccin transmissible, il faut trouver le moyen d’emballer le virus ou la bactérie de manière à ce qu’il puisse être facilement transmis d’une personne à l’autre, mais sans provoquer de maladie grave.

L’un des projets les plus avancés [utilisant des vaccins autotransmissibles], [est] financé par l’agence américaine Defence Advanced Research Projects Agency, [qui] étudie les moyens de protéger les militaires américains en poste en Afrique occidentale contre la fièvre de Lassa.

Le vaccin qui propage l’immunité en se transmettant comme un virus : Des chercheurs étudient le potentiel des inoculations sans aiguille qui se propagent d’elles-mêmes à la suite de la pandémie de Covid, Daily Mail, 22 février 2022.
Il existe deux options pour parvenir à leur « vaccin » qui se propage comme un « virus ». Toutes deux impliquent de modifier génétiquement un agent pathogène et de l’administrer soit par injection, soit par inhalation.

La première option consiste à créer en laboratoire une forme très bénigne du virus et la seconde à intégrer l’ADN d’un « nouvel agent pathogène dangereux » dans un virus relativement inoffensif mais hautement contagieux. Dans les deux cas, il suffirait d’administrer des vaccins à de petits groupes de personnes de différentes régions du pays, qui infecteraient ensuite les membres de leur communauté locale.

Le Daily Mail poursuit en indiquant que dans un document de 2019 préparé pour le Department of Health and Social Care (« DHSC »), des fonctionnaires ont élaboré un cas hypothétique pour montrer comment l’administration d’un vaccin antigrippal auto-diffusant à la population britannique pourrait être utilisée pour réduire la maladie et sauver des vies. Le document a calculé que pour protéger l’ensemble des 67 millions de Britanniques, seuls 2,3 millions (environ 5 %) devraient être infectés par un vaccin transmissible.

Le document du DHSC note : Les vaccins auto-diffusés sont moins létaux mais pas non plus non létaux, ils peuvent toujours tuer : « Certaines personnes mourront alors qu’elles auraient pu vivre autrement, bien que le nombre de décès soit globalement inférieur. L’autre problème est qu’il n’y a pas de consentement (pour la vaccination) de la part de la majorité des patients. »

Le Dr Filippa Lentzos, maître de conférences en sciences et sécurité internationale au King’s College de Londres, met en garde contre le danger que la science derrière les vaccins à diffusion automatique soit détournée pour fabriquer des armes biologiques. « Une telle arme à diffusion automatique pourrait s’avérer incontrôlable et irréversible », dit-elle.

La semaine dernière, le Bulletin of the Atomic Scientists a écrit : « Des scientifiques écossais ont récemment écrit le dernier épisode de la littérature sur la quête de vaccins auto-diffusants, des inoculations qui pourraient se déplacer à travers les populations animales comme une maladie, mais au lieu de la maladie, propager l’immunité ».

Megan Griffiths, chercheuse à l’université de Glasgow, et ses collègues ont identifié un herpèsvirus qui pourrait être transformé en un véhicule connu sous le nom de vecteur viral pour diffuser un vaccin contre la rage parmi les chauves-souris vampires d’Amérique du Sud.

Scott Nuismer, biologiste et figure de proue de la recherche sur les vaccins à diffusion automatique, a déclaré à propos de ce dernier développement qu’il « nous rapproche du point où ces défis » dans le déploiement d’un « vaccin » peuvent être résolus.

Cependant, comme l’a noté le Bulletin of the Atomic Scientists avant d’entrer dans le détail des avantages et des risques, la technologie des vaccins à diffusion spontanée est intrinsèquement risquée. Une fois libéré, le vaccin pourrait se recombiner avec des agents pathogènes humains. Il pourrait également aider des acteurs malveillants à créer des virus capables de provoquer des pandémies.

Un nombre restreint mais croissant de personnes envisagent la possibilité que les deux mots les plus courants utilisés par les technocrates en matière d’épidémies et de pandémies – « vaccin » et « virus » – soient interchangeables. Les « vaccins » qui se propagent eux-mêmes semblent indiquer que cela pourrait être le cas. Devrions-nous éventuellement envisager une théorie, en plus de la théorie des germes et de la théorie du terrain, qui devrait faire l’objet d’un débat public, à savoir qu’un virus et un vaccin ont les mêmes origines, la même nature et le même objectif ?

Cependant, que nous croyions à la théorie du germe, à la théorie du terrain ou à toute autre théorie sur la nature ou les origines des « virus » et des « vaccins », nous pouvons tous convenir que le fait que les « vaccins » deviennent des « virus », nous infectent à notre insu et sans notre consentement, n’est pas dans notre intérêt ni pour notre santé.

Source : ns2017

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.