Des scientifiques sud-africains annoncent qu’Omicron n’est pas à l’origine d’une hausse des décès

Les scientifiques d’Afrique du Sud continuent de partager la nouvelle « positive » que le variant Omicron du COVID-19 ne provoque pas de pic de décès, même si d’autres pays comme le Royaume-Uni continuent de paniquer.

Le Telegraph rapporte que « les scientifiques sud-africains ne voient aucun signe que le variant omicron de Covid-19 provoque une maladie plus grave. »

« Les données hospitalières montrent que les admissions pour Covid-19 sont maintenant en forte hausse dans plus de la moitié des neuf provinces d’Afrique du Sud, mais les décès n’augmentent pas de manière aussi spectaculaire et des indicateurs tels que la durée médiane du séjour à l’hôpital sont rassurants. »

Selon le ministre de la Santé, Joe Phaahla, les données indiquent de plus en plus qu’Omicron est beaucoup plus bénin que les variants précédents.

« Les données préliminaires suggèrent que, même si le taux d’hospitalisation augmente… il semble que ce soit purement en raison des chiffres plutôt qu’en raison d’une quelconque gravité du variant lui-même, Omicron« , a-t-il déclaré.

Comme nous l’avons souligné précédemment, certains experts considèrent l’arrivée d’Omicron comme une bonne chose car elle pourrait remplacer des variants plus mortels comme delta.

Le PDG du plus grand réseau privé de soins de santé d’Afrique du Sud a déclaré que la variante Omicron est « si bénigne » qu’elle « pourrait signaler la fin du COVID-19 ».

Des scientifiques norvégiens ont également affirmé que la variante Omicron, hautement transmissible mais « plus douce », pourrait s’avérer être le « meilleur scénario » car elle renforcerait « l’immunité naturelle » et rapprocherait la fin de la pandémie.

Il n’y a toujours pas un seul cas d’Omicron ayant tué quelqu’un dans le monde, et pourtant les gouvernements du monde entier imposent des restrictions de plus en plus draconiennes en semant la peur et la panique.

Au Royaume-Uni, non content de placer sa population sous un nouveau confinement partiel et d’introduire des passeports vaccinaux dans le cadre du « plan B », le gouvernement de Boris Johnson se prépare à imposer des mesures encore plus autoritaires dans le cadre du « plan C » dans quelques semaines.

Source : Aube Digitale

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.