Des scientifiques placent ensemble, dans une cage, cinq singes.

Expérience connue mais à partager pour essayer de réveiller les moutons. Ce n’est pas l’expérience de Asch mais ça y ressemble en plus violent et ne doutez pas qu’un jour on formate les forces de l’ordre de cette façon, il frapperont même sans savoir pourquoi surtout si par dessus le marché on va les recruter dans des pays d’une autre culture.

 

Fabrice Descurninges
Fabrice Descurninges

Le 19 mai à 18:28 Des scientifiques placent ensemble, dans une cage, cinq singes.
Au milieu de la cage, une échelle.
Au sommet de l’échelle, une banane.

les cinq singes veulent la banane.
Chaque fois qu’un singe escalade l’échelle pour saisir la banane, les scientifiques aspergent les cinq d’eau froide.

Les singes finissent par comprendre qu’à chaque fois qu’ils tentent de s’emparer du fruit, ils sont aspergés d’eau glaciale.
Alors, à chaque fois qu’un singe s’essaie, les autres le frappent pour l’empêcher de monter l’échelle.

Une fois les cinq singes conditionnés, on en retire un.
On le remplace par un nouveau singe.

Aussi, on abandonne l’arrosage ; plus de douches froides.

Le nouveau n’en sait rien, du jet d’eau.
Donc aussitôt qu’il intègre la cage et qu’il voit la banane, il tente d’aller la chercher.
Les quatre singes initiés lui sautent dessus et le battent pour l’empêcher de monter l’échelle.

il n’y a plus de douche froide.
Mais au bout d’un moment, le nouveau singe, sans savoir pourquoi, finit par comprendre qu’il ne doit pas tenter d’attraper la banane.

Ensuite, on enlève un deuxième singe.
On le remplace par un nouveau.
Il lui arrive la même chose que le premier remplaçant.
Ce premier remplaçant rejoint même les autres dans leurs efforts de dissuasion : lui aussi se met à battre le plus récent contrevenant.

Les scientifiques continuent : ils retirent un singe après l’autre.

Puis, après cinq, le dernier des singes qui sait pourquoi il ne faut pas tenter de manger la banane par ceux qui ont vécu les douches froides – finit par quitter la cage.

Il est remplacé.

La cage compte maintenant cinq singes qui n’ont jamais été arrosés.
Cinq singes qui n’ont aucune espèce d’idée pourquoi il ne faut pas monter l’échelle, mais qui battent quand même celui qui s’essaie.

Parce que c’est comme ça.

Les singes resteront pris dans leur cercle vicieux jusqu’à ce qu’on les remplace tous.
D’un seul coup.

Jusqu’à ce que ça arrive, la micro société qu’ils forment est coincée avec des normes et des restrictions.
Des normes qui, un jour, avaient peut-être lieu d’exister, mais qui, après remise en question – si remise en question est possible – seraient peut-être redéfinies.

Jusqu’à ce que ça arrive, ces cinq singes vivent dans un monde qu’aucun d’eux n’a choisi. Qu’aucun d’eux n’a défini ou redéfini, mais que tous ont perpétué.

On remet en question une loi, on remet en question une pratique.
On te dit que c’est comme ça.

« Pourquoi ? »

« Parce que c’est comme ça. Je suis un expert. »

Des experts.
On t’enseigne une formule.
On t’enseigne à l’appliquer.
On ne t’enseigne pas à la remettre en question.

Des experts qui savent.
Des experts qui récitent une formule.
Comme celle que récitaient ces singes, sans savoir pourquoi.
Sans plus savoir à qui elle sert, la formule.
Ou encore si elle sert, point.

Sans se demander si elle nuit.

Des singes formés par d’autres singes.

Monkey see, monkey do.

On t’enseigne le monde pour ce qu’il est, pas pour ce qu’il pourrait être.
On t’enseigne le monde à l’indicatif, alors qu’il serait tellement plus excitant au conditionnel

Texte de Johnny Gray II

Des scientifiques placent ensemble, dans une cage, cinq singes.

Source : Intérêt pour tous 2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.