Des gendarmes réservistes prêtent main forte aux brigades de Moissac

Pour lutter contre la délinquance dans les commerces en cette période de fête, des gendarmes réservistes sont arrivés en renfort à Moissac (Tarn-et-Garonne).

le renfort des réservistes © MaxPPP

C’est dans le cadre d’un plan anti-hold-up en cette période d’intense activité commerciale que ces renforts ont été demandés et ont été obtenus pour Moissac.
Leur mission : patrouilles en ville mais également tournée des résidences quittées par les propriétaires durant les vacances.
Ces renforts seront maintenus jusqu’au 31 décembre inclus.

La réserve en gendarmerie

En gendarmerie départementale, en gendarmerie mobile et à la garde républicaine, les personnels de la réserve opérationnelle effectuent les mêmes missions que leurs homologues de l’active (surveillance, renseignement, lutte contre la délinquance, défense de points sensibles…), soit en renfort d’unités existantes, soit en unités constituées de réservistes.
Si l’usage des armes n’est reconnu que dans le cadre de la légitime défense, ils disposent, dans le domaine de la police judiciaire, de la compétence d’APJ pour les anciens militaires d’active et de celle d’APJA pour les autres réservistes, après une formation spécifique et une prestation de serment. Actuellement, l’activité moyenne annuelle est de 23 jours par réserviste.
Cette réserve est composée d’anciens militaires, de citoyens désireux d’acquérir une expérience valorisante et rémunérée, mais également de spécialistes qui exercent des fonctions liées à leurs compétences. Une formation continue permet aux militaires de réserve de progresser dans leur connaissance des missions de la gendarmerie et d’accéder aux grades supérieurs.
Les volontaires qui n’ont pas reçu de formation militaire préalablement à leur demande d’Engagement à Servir dans la Réserve, ne sont intégrés qu’après avoir suivi une préparation militaire.

Source : FR3 Midi-Pyrénées

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.