Décès de Clément à Ham – Le Parquet ouvre une enquête pour homicide volontaire

Le parquet a décidé d’ouvrir une enquête pour homicide volontaire. Aucune arme n’a encore été retrouvée. Les gendarmes ne lâchent rien. Point sur l’enquête.

Les militaires continuent de chercher l’arme qui a causé la mort de l’adolescent. Le parc Délicourt continue d’être fouillé. (Archives)

Les militaires continuent de chercher l’arme qui a causé la mort de l’adolescent. Le parc Délicourt continue d’être fouillé. (Archives)

L’enquête se poursuit pour déterminer les circonstances dans lesquelles Clément, âgé de 16 ans, interne au lycée professionnel Peltier et décédé à Ham (est de la Somme), jeudi le 30 mars.

Selon le Parquet d’Amiens, l’autopsie réalisée samedi 1er avril a permis de confirmer l’existence d’une plaie mortelle à la gorge de l’adolescent, ainsi qu’une autre blessure à l’abdomen. Selon les médecins légistes, ces blessures sont compatibles avec un homicide volontaire mais aussi avec un acte suicidaire. Les experts qui ont examiné le lieu des faits fournissent des conclusions similaires.

En dépit des nombreuses recherches effectuées par les gendarmes depuis trois jours, aucune arme blanche n’a été découverte dans l’étang du parc Délicourt ou à proximité. Mais les recherches vont se poursuivre dans cette zone interdite au public.

Un adolescent entendu ce week-end

Dans ces conditions, et bien que plusieurs hypothèses continuent d’être examinées, le parquet a ouvert une enquête en flagrance pour homicide volontaire. C’est dans ce cadre qu’un lycéen âgé de 17 ans, qui serait la dernière personne à avoir vu vivant Clément, a été placé en garde à vue ce week-end avant d’être remis en liberté le dimanche midi. Il s’est expliqué sur le déroulement de cette journée et ses relations avec le défunt. Aucune charge n’a été retenue à son encontre.

Le parc Délicourt encore fouillé

Les investigations au sein de l’établissement scolaire ont mis en évidence que Clément avait signalé en mars 2017 des faits de harcèlement à son encontre. Une procédure disciplinaire a été mise en œuvre après ces révélations. Les enquêteurs explorent également cet aspect du dossier.

Des investigations médico-légales (anatomopathologie et toxicologie), de même que différentes analyses techniques sont en cours. Les enquêteurs de la section de recherches d’Amiens et de la compagnie de gendarmerie de Péronne poursuivent également leurs investigations sur les lieux et dans l’environnement de la victime.

Tout témoin s’étant trouvé à proximité du parc Délicourt entre 10 et 17 heures le 30 mars et disposant d’informations susceptibles d’intéresser l’enquête, est invité à contacter le 03 22 53 68 00.

Source : Courrier Picard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.