Covid : obligation vaccinale pour les gendarmes, incitation pour les policiers

La vaccination est obligatoire pour tout militaire servant sur le territoire métropolitain (Illustration). © AFP

Les personnels militaires en missions de sécurité publique, de sécurité routière, de maintien de l’ordre, de police judiciaire et d’accueil ou effectuant des services au contact du public ou de personnes extérieures à la Gendarmerie devront être complètement vaccinés contre le Covid-19 d’ici au 15 septembre prochain.

Les gendarmes affectés sur le terrain ou au contact du public devront être complètement vaccinés contre le Covid-19 d’ici au 15 septembre, tandis que la police privilégie pour l’heure “l’incitation à la vaccination”, selon des documents internes consultés ce mercredi. Les gendarmes concernés par l’obligation vaccinale sont “les personnels militaires, d’active et de réserve, en missions de sécurité publique, de sécurité routière, de maintien de l’ordre, de police judiciaire et d’accueil ou effectuant des services au contact du public ou de personnes extérieures à la Gendarmerie”, liste une note de la Direction générale de la gendarmerie nationale (DGGN), datée de mardi.

Inciter les policiers

Cette note fait suite à une instruction du Service de Santé des Armées (SSA), datée du 29 juillet et révélée par Le Monde, rendant la vaccination obligatoire “pour tout militaire servant (…) sur le territoire métropolitain au titre d’un engagement opérationnel décidé par l’état-major des armées ou la direction de la gendarmerie nationale”.

Chez les policiers, qui n’ont pas le statut militaire, les chefs de service sont invités à “poursuivre l’incitation à la vaccination” des agents placés sous leur autorité, selon un courrier envoyé mardi aux préfets par le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, Jean-Benoît Albertini.”Il conviendra de s’assurer que l’ensemble des facilités, y compris horaires, est accordé aux agents pour (…) bénéficier” de la vaccination, écrit de son côté le directeur général de la police nationale (DGPN), Frédéric Veaux, dans un télégramme également daté de mardi. 

Un taux plus élevé que la moyenne nationale

Cette incitation à la vaccination a été rappelée par le ministre de l’Intérieur aux syndicats de police réunis lundi en audioconférence, selon son entourage. Gérald Darmanin leur a confirmé que l’obligation vaccinale n’était pas prévue à ce stade, mais que cela pouvait évoluer, a-t-on ajouté de même source.”Cette annonce est liée au taux très élevé de vaccination dans les rangs de la Police nationale, supérieur à la moyenne nationale”, avait réagi dans un communiqué le syndicat Unsa-Police.

L’obligation vaccinale, annoncée le 12 juillet par le président Emmanuel Macron pour contrer la forte reprise de l’épidémie de Covid-19, concerne les personnels soignants et non soignants des hôpitaux et maisons de retraite, les professionnels et bénévoles auprès des personnes âgées, y compris à domicile, ainsi que les pompiers ou les ambulanciers. 

Source : Europe 1

Lire aussi :

BFMTV – Covid-19: des gendarmes s’élèvent contre l’obligation vaccinale à laquelle ils doivent désormais se soumettre

Ouest-France – Covid-19. Le vaccin obligatoire pour les gendarmes, pas pour les policiers

VACCINATION OBLIGATOIRE FORCES ARMEES

Source : Youtube

Comme trop souvent, dès qu’une VÉRITÉ est dite, cela dérange la DOXA !

YOUTUBE a décidé que “Cette vidéo a été supprimée, car elle ne respectait pas le règlement de la communauté YouTube.” Maintenant nous savons tous ce que cela veux dire !!!

Aussi j’em…. Youtube et j’ai le plaisir de republier ici cette excellente vidéo qui dérange, car nous sommes nombreux maintenant à savoir contourner la CENSURE de ces criminels !!! :

Source : Rumble

!! VACCINATION OBLIGATOIRE POUR LES FORCES ARMEES !!!

– Avis aux aviateurs, marins, soldats & gendarmes –

J’ai reçu des éléments d’appréciation concernant la vaccination obligatoire, et notamment l’Instruction n°3200 de la Direction Centrale du Service de Santé des Armées datée de 2005, dont les modalités générales ne correspondent plus à l’environnement juridique actuel dans la mesure où le discours présidentiel du 12 juillet 2021 vient de faire tomber de facto la Constitution et notre contrat Social en raison de la discrimination officielle du Peuple Français en un peuple vacciné et un sous-peuple renégat, qualifié d’ « ennemi » de la démocratie par Emmanuel Macron dans les colonnes de Paris Match. Toutes les lois et règlements sont donc frappés de nullité. J’en appelle donc à la responsabilité des chefs qui sont responsables règlementaires et pénaux, certes de l’application des lois, mais aussi et surtout de l’intégrité physique et morale de leurs personnels sous leurs ordres.

Si la chaîne hiérarchique valide et applique sans état d’âmes une vaccination obligatoire malgré l’absence de risque immédiat et mesurable portant atteinte à la capacité opérationnelle des Forces Armées, alors les décès résultant de ces vaccinations de masse pourraient être imputées à ces mêmes chefs. Attention donc, car la responsabilité pénale des industriels a été négociée, et les vaccins ne bénéficient d’Autorisations de Mise sur le Marché Conditionnel, excluant donc la responsabilité des dirigeants en cas de décès ou de lésions irréversibles.

A noter que les effets secondaires recensés en Europe par l’ANSM dépassent les 100 000 cas désormais et que rien que pour la France, plus de 800 décès sont officiellement imputés à l’injection vaccinale. Si vous ne connaissez pas parfaitement la typologie de ce que vous ferez injecter à vos personnels, ni ne prenez pas en compte les effets indésirables du vaccin mettant en lumière que la balance bénéfice/risque est défavorable au vaccin (léthalité égale à 0,003%), alors vous pourrez un jour être tenu pour responsable voire coupable de ces ordres.

Les Forces Armées disposent de tous les stocks nécessaires au traitement thérapeutique médicamenteux du Covid-19 notamment grâce à l’expérience acquise en Outre-Mer et en Afrique avec les dérivés de la Quinine (HCQ) dont le taux de guérison constaté à l’IHU de Marseille dépasse les 98%. Notre recul épidémiologique concernant l’HCQ est supérieur à celui des vaccins et devrait vous ordonner la prudence : Primum Non Nocere.

Réfléchissez bien avant de donner vos ordres et de prendre des mesures disciplinaires alors que la vie et l’intégrité physique et morale de vos personnels en dépend. Vous avez jusqu’au 15 septembre pour résister ou vous soumettre. Force et Honneur, Gloire à nos Armées ! Vive la France !

Capitaine Alexandre JUVING-BRUNET

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *