Covid-19 : Message aux parents de France hexagonale, ultra-marine et d’ailleurs

par

Par Adeline Ollivier – Le 08 février 2021 – La Réunion

Capture d’écran 2021-02-08 à 20.18.51

Je m’appelle Adeline, je ne suis « personne » ou presque. Une maman tout au plus, un Être Humain, comme vous.

Je m’indigne de la situation actuelle, à l’échelle mondiale, certes, mais avant tout, au niveau local. La récente décision de faire porter le masque de manière OBLIGATOIRE, à nos enfants dès l’âge de 6 ans, m’a indignée.

Déjà en lutte depuis la rentrée, pour protéger nos jeunes de plus de 11 ans, voilà que sans explication valable, on nous IMPOSE le port du masque à l’école, pour nos petits. Écoles dans lesquelles, il fait en ce moment en moyenne 30° dans les salles de classe, qui, évidemment, Covid 19 oblige, ne sont pas ventilées.

Alors, ce week-end, je suis galvanisée, sur les réseaux sociaux, j’observe une mobilisation importante des parents, avec des groupes qui se forment, dont certains sont passés de 250 personnes à plus de 5000 en quelques jours. Des collectifs, déjà bien actifs, se mobilisent, nous transmettent de l’information, rédigent des tracts pour sensibiliser, s’engagent en organisant une MANIFESTATION devant la préfecture mercredi 10 Février.

Dans le week-end, grâce à la diversité des sources médiatiques et au flou artistique de notre gouvernement, les revirements de situations ne cessent d’avoir lieu : OBLIGATOIRE puis semaine de TOLÉRANCE, décret invalidé, DOM mentionné, pas mentionné ?!!!

On devient fou, mais c’est le but….

On s’informe, on lit des articles de lois, qu’on ne comprend pas, c’est bien normal, c’est le but. Mais des bénévoles, avocats, juristes, se mobilisent, nous donnent les clefs pour invalider cette décision. Le préfet communique par communiqué de presse, plutôt que de s’adresser à ces CONS-citoyens, bref, c’est la pagaille !

Mais, au fond de moi, dans mon cœur d’Humain, ça vibre, c’est beau, ça va bouger ! On ne peut pas s’en prendre à nos enfants sous couvert de leur protection, alors que d’autres décisions auraient pu être prises concernant le territoire, bien avant, car le premier variant Covid a été déclaré dès le mois de Décembre.

Pourquoi alors, nos enfants devraient maintenant porter le masque, avec ces températures, toute la journée, au détriment de leur santé, de leur moral, de leur joie de vivre, de leur insouciance ?

Pourquoi IMPOSER le masque de catégorie 1, celui la même, qui, sur sa boite d’emballage, porte la mention : « ne protège pas des virus » ???

Pourquoi ne pas les laisser aller avec nos masques fait maison ??

Je suis une maman qui pose des questions, qui vous invite à vous en poser. Se poser des questions, réagir, se mobiliser sur Internet, c’est OK, mais agir sur le terrain c’est essentiel. Mais ce matin, armée de mes tracts, de ma détermination et accompagnée de ma fille, qui porte un t-shirt avec comme inscription : « Libre de choisir, masque ou sans masque », je me suis sentie tellement seule….

Nous étions 4 mamans, avec à peine 4 marmailles, à ne pas avoir mis de masque, pendant une semaine dites de TOLÉRANCE ???? Mais où étiez-vous, parents ? Alors mon objectif n’est en aucun cas de vous culpabiliser, non, le jeu de diviser pour mieux régner ne pourra fonctionner cette fois ci.

Mon objectif, très humblement, est de vous comprendre et d’essayer de vous toucher, au plus profond de vous. Pas toucher celui que vous prétendez être, celui que vous incarnez socialement, par votre travail, ou vos contraintes, mais réveiller l’Humain qui sommeille en vous.

Car je suis certaine que pour la plupart, cela a été un crève-cœur de mettre le masque à votre enfant ce matin… Alors pourquoi ?

Parce que je travaille, je ne peux pas venir ce matin, parce que je ne peux pas perdre mon travail, parce que la précarité, parce que la peur d’être stigmatisé, parce que débordé par une vie devenue encore plus difficile depuis bientôt 1 an, les raisons ne manquent pas. Nous avons toutes et tous, de vraies raisons de ne pas être venus ce matin…

mais ces motifs, ces excuses, ces raisons, sont toutes SOCIALES ! Entendez par là, qu’elles dépendent toutes d’une volonté de ne pas perdre son statut social. Comme cette enseignante, à qui je propose de s’engager, de nous soutenir, en n’imposant pas cela aux enfants, je lui dis qu’on a besoin d’elle, besoin d’eux… elle me répondra qu’elle est de la fonction publique et qu’elle se doit d’exécuter la loi…. Et à ce moment-là, une chose très grave apparait sous mes yeux : sous couvert d’un statut social, professionnel, par peur de perdre ce statut, d’engager sa responsabilité, on se cache derrière.

C’est ainsi, même si le raccourci est vite fait, que l’esclavagisme ou d’autres drames de notre Histoire (que FB n’autorise peut-être pas à citer) ont pu avoir lieu. Quand un gouvernement enseigne dès le plus jeune âge, la conscience professionnelle, au détriment de la conscience humaine, on en arrive à exécuter des lois, des décrets, des ordres, des actions qui ne nous correspondent pourtant pas.

On se désengage, on se couvre et on est COMPLICE. Mes mots vont peut-être vous choquer, mais c’est bien le but, il est temps de se réveiller et de croire en son POUVOIR d’Être Humain, en le pouvoir de la masse.

Car oui, si un restaurateur isolé ouvre son restaurant au détriment des lois en vigueur, il finit en garde à vue, mais si tous les restaurateurs ouvrent ensemble, il n’y a pas assez de place dans les gendarmeries.

Au même titre, si une enseignante isolée prend une décision, elle sera lynchée, mais si tous les enseignants s’engagent, parce qu’avant d’être dans la fonction publique, ils sont humains et parents et que cette décision n’est ni justifiée par un décret, ni acceptable à leurs yeux, alors l’État devra bouger.

Le pouvoir réside dans la masse, nous tous ensemble, en étant solidaires, plutôt que critiques. En acceptant que la mort fasse partie intégrante de la vie, et que la Vie aujourd’hui, ce sont nos marmailles.

L’État vous tient par la peur, la peur de mourir de ce virus. Mais soyons un peu réalistes : à la Réunion, depuis mars 2020, il y a eu 47 morts de la Covid 19, sur une population de 860 000 habitants environ, ce qui représente 0,005% de la population. Dans ces 47 morts, impossible de trouver le nombre réel de morts à la Réunion, car ce chiffre englobe les évacuations sanitaires venues de Mayotte. Sur notre territoire, c’est donc moins de 47 morts…

Un autre chiffre, la dengue, en 2019 c’est 25 000 cas, plus de 730 hospitalisations et 22 décès ( référence www.ocean-indien.ars.sante.fr ).

La Covid 19 c’est 10 330 cas depuis mars 2020, (évacuations sanitaires comprises) 21 hospitalisations en cours ce jour dont 3 en réanimation (référence site de la préfecture dernier point de situation).

A-t-on pour autant envoyé nos enfants en tenu de cosmonaute à l’école, pour les protéger eux, ou nos gramounes ? Voilà le genre de question, que je voudrais que vous vous posiez, que l’on se pose tous ?

Je ne suis pas FORMELLEMENT contre le port du masque, je crois en les gestes barrières comme moyen de protection, mais je ne peux pas laisser l’État nous dicter notre quotidien, sans nous consulter, sans nous informer, sans se justifier.

Si la situation était critique, si des enfants mouraient de ce virus, si nous étions réellement en danger, oui, mais je ne nous crois pas tant en danger. Le virus tue, souvent des personnes âgées, atteintes de comorbidités, nous devons les protéger, mais pas au détriment de nos marmailles.

Qu’accepterons-nous ensuite ? Le passeport vaccinal, pour enfin pouvoir retourner à nos activités culturelles ? Avec ce virus comme prétexte, l’État vous a déjà pris votre travail, vos loisirs, une partie de votre liberté.

Allez-vous laissez aussi vos enfants ??

On se doit de se battre pour eux, pour les regarder dans les yeux, pour leur dire qu’on a su les protéger nous, leurs parents, et ne pas remettre leur protection dans les mains d’un gouvernement qui nous dicte plutôt que de nous consulter !

« Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. » 1514 Constitution du 24 juin 1793, article 35“.

« L’intérêt supérieur de l’enfant est une notion de droit international privé introduite en 1989 par la Convention des Nations unies relative aux droits de l’enfant, et reprise depuis par de nombreuses législations nationales et supranationales.“-

Dans l’intérêt de nos enfants, demandons que le port du masque pour nos marmailles ne soit pas une obligation, mais un choix. LIBRE DE CHOISIR – Informons nous sur les risques du port constant du masque sur les enfants –

Source : Le Colonel.net site RÉSILIENCE

Note de la rédaction de Profession-Gendarme :

Merci à Adeline Ollivier  pour cet appel à tous les parents de France et d’ailleurs. Merci au Colonel Régis Ollivier, webmestre du site RÉSILIENCE de partager avec nous cet appel.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.