Covid-19 : des chiffres de mortalité à la louche

Un camarade m’adresse un article de Boulevard Voltaire accompagné d’un émail humoristique sur les évènements actuels que j’ai voulu partager avec vous. Pour mieux tout comprendre  il nomme le Covid19  “Justine” et “Justine Tit’grip”

J’ai voulu partager avec vous sa manière de présenter les choses.

Un minot de la maternelle, parlant de l’invraisemblable odyssée de Justine Tit’grip, me disait l’autre jour ” c’est du grand n’importe quoi !” . Il avait bien raison ! Sauf que je viens d’inventer ce galopin , pour “les besoins de la cause”, imitant en cela l’Etat macroniqueux adepte des “mensonges d’Etat” pour “les besoins de SA cause””.

Les élucubrations d’Eole ne sont elles pas des paroles d’évangile ? Messie, Messie !
Mettriez vous sa Parole Divine en doute, bande d’impies ? Ménon-ménon !

Si on l’en croit, le dieu des vents voit tout, sait tout, décide de tout. Au nom du Chef et du Chef et du Chef, ainsi soit-il, pour le bien des moutons (c’est nous, merci !).

Pas encore tout à fait Staline mais déjà un Joseph bien mur …

A quand les goulags ? (pour l’instant on en est à “tout à 135€”. Plus facile à gérer que les bagnes.)

Depuis 3 ans déjà, “La ferme !” ne fait-il pas alliance avec “qu’ils viennent me chercher !” ?
Le mensonge institutionnalisé. Un mythe ? Exemple récent, les morts imputables à la vitesse de nos véhicules … Un charcutage bien (mal) ficelé. Reportez vous à mon mel de ce jour ” Le bilan des 80 kilomètres heures, le cas d’école d’une imposture pseudo scientifique”. Manipulations diverses et avariées garanties sur facture.

Même imposture concernant Justine.
Les chiffres de l’Insee que je vous ai invité à consulter récemment _voir le diagramme ci-après, pour mémoire_ sont probablement les seuls non trafiqués qui soient disponibles. Aucun tri n’a été opéré sur l’origine des décès, distinguant conarDevirus de toute autre raison. On n’a pas les moyens matériels et financiers de réaliser ce tri. Les chiffres de l’Insee seraient sont donc le seul amalgame de référence.
Non mais, attendez … c’est un mensonge cauchemardesque ! (si vous manifestez votre désaccord, le tarif standard est 135€ TTC ! ???? )
Jugez-en :
“…/… l’officine de l’INSERM [Santé publique France] chargée de dresser un bilan de la mortalité affirme, au Journal du dimanche, ne pas être en mesure, pour l’instant, de livrer des chiffres précis. Manque de bras. Seulement trois personnes affectées à ce comptage pour 600.000 décès annuels, alors que l’Allemagne dispose de 50 employés pour 950.000. La directrice adjointe du CépiDc (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès) affirme : « Nous n’avons plus assez de gens pour produire les données dans des délais raisonnables. » En manque d’effectifs, les comptages pour 2017, 2018 et 2019 ne sont pas encore finalisés.
[…]
Cette même Santé publique France déclare au JDD qu’indépendamment de l’impossibilité d’évaluer la mortalité à domicile, l’évaluation faite à partir de données INSEE est « susceptible d’être surestimée ». Certains décès en EHPAD seraient des « suspicions de Covid-19 ». Malgré un interrogatoire musclé, les malades ont refusé d’avouer.

L’affaire s’embrume avec ce passage de l’article : « Seule la mortalité dite “toutes causes confondues” a été analysée pour estimer “l’excès de mortalité”. Or, en l’absence d’indications sur les circonstances des décès l’estimation reste peu fiable. » Faut-il comprendre que des accidentés de la route, des suicidés et d’autres causes de mortalité ont pu se retrouver classés Covid ? Des chiffres donnés à la louche, un bilan à prendre avec des pincettes… La cuisine prend forme.”

K.ReM

Capture d’écran 2020-08-08 à 21.55.19

Covid-19 : des chiffres de mortalité à la louche

louches-salomon

Aux côtés de Jérôme Salomon annonçant, chaque soir, l’hécatombe entraînée par le coronavirus, le monsieur ou la dame chargée de la traduction en langage des signes peinait à suivre. « 5.000 puis encore 2.000 et remettez-moi z’en 500, ah, tiens, j’en avais oublié 150. » Au sortir de la séance, une équipe de kinésithérapeutes massait les articulations endolories, les épaules luxées. La mission n’était pas de tout repos.

Infatigable, le marathonien du faire-part de décès revenait, le lendemain soir, pour une annonce encore plus grave. Le bilan s’alourdissait, les chiffres montaient. De plus en plus, de pire en pire… Et à demain, si vous le voulez bien !

Alors que le recordman s’est retiré de la compétition, l’officine de l’INSERM chargée de dresser un bilan de la mortalité affirme, au Journal du dimanche, ne pas être en mesure, pour l’instant, de livrer des chiffres précis. Manque de bras. Seulement trois personnes affectées à ce comptage pour 600.000 décès annuels, alors que l’Allemagne dispose de 50 employés pour 950.000. La directrice adjointe du CépiDc (Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès) affirme : « Nous n’avons plus assez de gens pour produire les données dans des délais raisonnables. » En manque d’effectifs, les comptages pour 2017, 2018 et 2019 ne sont pas encore finalisés.

Sur la base de ce constat, il est regrettable que Jérôme Salomon ne se soit pas muni d’une louche de cuisine pour annoncer le bilan du jour. « Mesdames messieurs, selon les estimation de Santé publique France, nous avons comptabilisé 1.500 décès à la… » Et hop ! il montrait la louche.

Cette même Santé publique France déclare au JDD qu’indépendamment de l’impossibilité d’évaluer la mortalité à domicile, l’évaluation faite à partir de données INSEE est « susceptible d’être surestimée ». Certains décès en EHPAD seraient des « suspicions de Covid-19 ». Malgré un interrogatoire musclé, les malades ont refusé d’avouer.

L’affaire s’embrume avec ce passage de l’article : « Seule la mortalité dite “toutes causes confondues” a été analysée pour estimer “l’excès de mortalité”. , en l’absence d’indications sur les circonstances des décès l’estimation reste peu fiable. » Faut-il comprendre que des accidentés de la route, des suicidés et d’autres causes de mortalité ont pu se retrouver classés Covid ? Des chiffres donnés à la louche, un bilan à prendre avec des pincettes… La cuisine prend forme.

Source : Boulevard Voltaire

What do you want to do ?

New mail

What do you want to do ?

New mail

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *