Courrier du Général Roland MENTRE

Courrier réponse du Général de Brigade Aérienne (2) Roland MENTRE

menacé de sanctions par l’État Major des armées

Mon général,

J’accuse réception de votre courrier du 21 mai.

J’ai 92 ans et commandais une escadre de chasse alors que vous n’étiez pas encore en maternelle. Digne et respectueux de mon grade, je récuse votre assignation devant un tribunal de fortune où les condamnations sont décidées par avance par la hiérarchie, dans la pure tradition stalinienne.

Faites votre devoir, à l’instar de la police de 1942. Privez-moi arbitrairement des droits statutaires que me confère ma carrière, vous ne me priverez pas de mon histoire qui n’a jamais failli à la devise « HONNEUR ET PATRIE ». Laquelle continue de me guider dans le temps présent.

Dans le désastre, il y a deux catégories de caractères, les résistants et ceux que n’incommode pas la bassesse. J’ai choisi mon camp et ne reviendrai pas sur ce choix. Vous dirai-je donc qu’en outre votre sanction m’honorera ? De toutes façons, sur mon cercueil, il y aura ma veste d’uniforme, ma casquette et ma Légion d’Honneur acquise au combat parmi mes frères d’armes, de vrais soldats que j’ai eu l’honneur de commander et que je respecte, et ceci quelles que soient vos décisions.

Général de Brigade Aérienne (2) Roland MENTRE (Armée de l’Air)

Source : Place d’Armes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.