Coronavirus: la police et la gendarmerie encore en première ligne

Très sollicitées dans les jours à venir, les forces de l’ordre doivent rester opérationnelles malgré le risque de contagion.

Act 70 of the Yellow Vests - Paris

Samedi à Paris, les forces de l’ordre ont encore dû contenir des centaines de «gilets jaunes» qui ont défilé malgré l’interdiction de rassemblements de plus de 100 personnes. Bardos Florent/ABACA
Lutte contre le terrorisme islamiste, maintien de l’ordre sur fond de «gilets jaunes»… Les forces de l’ordre ont été en première ligne dans les grandes crises de ces cinq dernières années. Et elles sont encore mobilisées face au coronavirus. Leur rôle est bien sûr essentiel pour prévenir d’éventuels accès d’hystérie et continuer à assurer la protection des biens et des personnes. Et si un confinement est décidé, policiers et gendarmes devront, comme leurs homologues italiens et espagnols, assurer son respect. Une fois encore comme un dernier rempart face cette fois à l’incivisme et la contagion. De l’autre côté des Alpes, policiers et carabiniers veillent depuis des jours et les Italiens ne respectant pas les règles sont passibles d’une amende allant jusqu’à 206 euros et de trois mois d’emprisonnement.

Lire la suite : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.