Contrôle technique : un centre sur la sellette

Les enquêteurs ont saisi pour 30.000 € de matériel. - Les enquêteurs ont saisi pour 30.000 € de matériel. - (Photo, gendarmerie nationale)

Les enquêteurs ont saisi pour 30.000 € de matériel. – (Photo, gendarmerie nationale)

La gendarmerie est intervenue dans un centre de contrôle technique à Montoire où le gérant se montrait peu regardant sur l’état des véhicules.

Le centre de contrôle technique situé 50, rue de la Paix, à Montoire, a reçu la visite des gendarmes, mardi 7 juin. Voilà deux mois qu’un groupe d’enquêteurs avait cet établissement dans le collimateur. Suite à un renseignement indiquant que les pratiques du responsable étaient peu orthodoxes, les gendarmes ont surveillé le centre d’un peu plus près. Il s’avère que le contrôleur, pourtant agréé, était peu regardant sur l’état des véhicules qu’on lui amenait. « L’enquête a montré que certaines voitures passaient la contre-visite moins de cinq minutes après la première visite ! Ce qui rend impossible toute réparation ou changement de pièces », explique-t-on au groupement de gendarmerie.

Les véhicules obtenaient donc le procès-verbal et la vignette de conformité alors même qu’elles ne répondaient pas aux normes de circulation. Bonjour la sécurité ! Dans le même temps, les gendarmes ont étudié la comptabilité de l’établissement et découvert que son chiffre d’affaires a grimpé de 30 %. On comprend pourquoi le centre rencontrait un certain succès vu le peu de sérieux avec lequel ces contrôles étaient réalisés.
Sur instruction du parquet de Blois, le gérant a été placé en garde à vue et entendu par les enquêteurs qui appartiennent à la communauté de brigades de Montoire ainsi qu’aux brigades de recherches de Vendôme et de Blois. L’homme a reconnu les faits. Il a été laissé libre avec une convocation à l’audience correctionnelle du 3 mars 2017. Il devra répondre de fourniture frauduleuse de documents administratifs, travail dissimulé et mise en danger (pour avoir laissé en circulation des véhicules non conformes). Les gendarmes ont saisi dans le centre tous les appareils de contrôle et de mesure ; soit 30.000 € de matériel.
« Nos priorités sont la lutte contre les cambriolages et les vols de véhicules. Un groupe d’enquête spécifique a été créé pour surveiller le secteur automobile en particulier les garages suspectés d’écouler des pièces volées. Il s’agit de couper les sources d’approvisionnement entre ces garages peu scrupuleux et leurs fournisseurs. »

Source : La Nouvelle République

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.