Confinement : regrets de la gendarmerie après une verbalisation non appropriée

1566301338_gendarmerie-nationale-vallauriPhoto d’illustration Nicolas Vallauri

La Gendarmerie nationale a exprimé jeudi ses « regrets » pour la verbalisation non appropriée le 4 avril d’un homme qui voulait se rendre sur l’Ile de Ré au chevet de son père mourant., Habitant en Loir-et-Cher, Patrice Dupas avait pris la route le 4 avril pour voir son père, en fin de vie, muni d’une attestation dérogatoire de déplacement. Mais contrôlé par des gendarmes à l’entrée du pont de l’île de Ré, il a été verbalisé et a dû faire demi-tour. Son père est décédé quelques jours plus tard sans qu’il ait pu le voir.

Interrogée jeudi par l’AFP, la porte-parole de la Gendarmerie nationale Maddy Scheurer a reconnu que les gendarmes n’avaient « pas perçu le degré d’urgence » du déplacement de M. Dupas. « Il y a eu une véritable incompréhension. C’est malheureux. Nous le regrettons et nous comprenons sa peine », a ajouté la porte-parole.

Elle a souligné que lors de ce premier week-end de vacances pascales, des consignes très strictes avaient été données aux forces de l’ordre pour contrôler le respect des règles de confinement.

Depuis le début du confinement, la gendarmerie a procédé à 120 000 contrôles dans ce département de Charente-maritime dont 7 000 uniquement lors de ce week-end-là, a relevé Mme Scheurer.

M. Dupas a saisi l’Inspection générale de la Gendarmerie nationale (IGGN) et une « réponse » sera « donnée rapidement », a poursuivi la porte-parle en précisant que la gendarmerie avait fait les démarches nécessaires pour annuler la contravention.

Depuis, en outre, la gendarmerie a pris contact avec M. Dupas pour comprendre ce qu’il s’était passé. « On m’a empêché de le revoir. C’est anormal. Ce gendarme était quelqu’un de borné », s’était ému jeudi matin M. Dupas sur LCI.

Source : La Provence

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.