“Complément d’enquête”. Affaire Steve, ripoux : qui contrôle la police ?

Capture d’écran 2019-09-27 à 01.41.58

Dans la nuit du 21 au 22 juin 2019, le soir de la Fête de la musique à Nantes, plusieurs personnes sont tombées dans la Loire après l’intervention des forces de l’ordre. Plus d’un mois plus tard, le corps de Steve Maia Caniço était retrouvé dans le fleuve. Cette noyade est devenue un vrai casse-tête pour les autorités, l’affaire connaissant un fort retentissement dans un contexte marqué par ce que certains nomment les “violences policières”.

Que s’est-il passé ? Les dispositifs de sécurité et de secours étaient-ils pertinents ? Y a-t-il eu des dysfonctionnements ? Les autorités ont-elles surprotégé les policiers ? Justice est-elle rendue lorsque les forces de l’ordre sont accusées ? “Complément d’enquête” se pose une question : qui contrôle la police ?

Au sommaire

Steve : de la fête à l’affaire d’Etat

“Où est Steve ?”, “Justice pour Steve !” Tagué sur les murs ou martelé sur les réseaux sociaux, le prénom est partout. Le garçon est devenu un symbole. Il est devenu le mort de trop. Le soir de la Fête de la musique, en juin dernier, Steve Maia Caniço, 24 ans, s’est noyé dans la Loire à la suite d’une intervention policière musclée lors d’une soirée techno à Nantes. Son corps a été retrouvé au bout de cinq semaines. Depuis, la noyade s’est transformée en affaire d’Etat.

Une enquête de Guillaume Couderc.

Les bœufs-carottes se mettent à table

Policiers violents ou “ripoux” : c’est l’Inspection générale de la police nationale, la police des polices, qui mène les investigations. “Complément d’enquête” a mis les “bœufs-carottes” sur le grill. Ils assurent être indépendants et beaucoup ont du mal à les croire : comment la police peut-elle enquêter sur ses propres actions ? L’IGPN reçoit-elle des consignes, subit-elle des pressions ?

Un reportage de Louis Milano-Dupont.

Castaner : premier flic de France

Depuis son arrivée il y a onze mois, Christophe Castaner a sans doute vécu la pire année qu’un ministre de l’Intérieur ait jamais connue. Chaque samedi, le premier flic de France a envoyé ses troupes contenir les assauts des “gilets jaunes”. Comment s’en sort-il ? Que pensent les policiers de leur ministre ? Comment réagit-il face aux accusations de violence policière ? “Complément d’enquête” l’a accompagné dans son quotidien. Circulez, y’a rien à voir ?

Un portrait de Rola Tarsissi.

La rédaction de “Complément d’enquête” vous invite à commenter l’émission sur Facebook ou sur Twitter avec le hashtag #ComplementDenquete.

Source : France TV Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *