Comment la Biélorussie expose la supercherie du confinement

1608561277

La plupart des gouvernements européens ont institué la fermeture des économies, des restrictions à la liberté de mouvement et d’autres politiques connues sous le nom de « confinement ». Cette mesure aurait été prise en réaction à la propagation du SARS-Cov-2, un dangereux virus respiratoire originaire de Wuhan, en Chine.

Peu de pays ont rejeté cette approche ; la Suède est le plus connu d’entre eux. Cependant, un cas plus intéressant de dissidence par rapport au récit officiel est celui du Belarus et de son leader Alexandre Loukachenko.

Cet article présente l’approche de Loukachenko face à la prétendue pandémie, suivie d’une analyse des chiffres de la mortalité et de la manière dont le cas biélorusse expose les mensonges des partisans du confinement.

L’approche biélorusse du COVID 19

La prétendue pandémie a éclaté en Europe en mars 2020, et la plupart des gouvernements européens ont suivi la stratégie sévère consistant à imposer des mesures de confinement. La réponse de Loukachenko a été beaucoup plus limitée. Un communiqué de presse biélorusse en date du 25 mars parle des quarantaines mises en place pour les personnes qui entrent en Biélorussie :

« Des stations de quarantaine ont été mises en place à tous les points d’entrée. Les mesures de contrôle comprennent des contrôles de température. Ce système de contrôle fonctionne vraiment, a noté Vladimir Karanik, ministre de la Santé. Cela a permis d’identifier les symptômes d’une infection virale chez plus de 250 personnes, mais la majorité absolue d’entre elles était atteinte de grippe, de parainfluenza et d’adénovirus. Si une personne est testée positive au coronavirus, les travailleurs de la santé mettent leurs contacts sous observation médicale. « Une telle approche ciblée contribue à freiner la propagation du virus », a déclaré le ministre.

M. Loukachenko a également préconisé de rester à la maison si l’on présente des symptômes du virus. Il a également fait quelques commentaires célèbreslargement repris dans les médias occidentaux – donnant des conseils de  santé :

« Je suis têtu, mais ces derniers temps, je dis en plaisantant qu’il faut non seulement se laver les mains avec de la vodka, mais probablement que [consommer] 40 à 50 grammes d’alcool pur par jour – [peut] « empoisonner » [entre guillemets dans le texte original] ce virus. Mais pas au travail ». Il dit ensuite : « Aujourd’hui, allez au sauna. Mais si vous y allez deux ou trois fois par semaine, c’est encore plus sain. Les Chinois nous ont dit que ce virus ne peut pas supporter des températures allant jusqu’à 60 degrés ».

Dans l’ensemble, l’approche biélorusse a été la moins autoritaire d’Europe. Le football biélorusse s’est déroulé normalement et les supporters ont pu continuer à assister aux matchs. Les théâtres, les cafés et autres événements sociaux ont continué et l’économie n’a pas été paralysée. Les défilés du jour de la Victoire ont également eu lieu le 9 mai, bien qu’ils aient été annulés dans des pays comme la Russie. Loukachenko n’a pas non plus retardé les élections prévues, contrairement à la Néo-Zélandaise Jacinda Ardern.

Les médias occidentaux ont traité l’approche de Loukachenko comme une curiosité risible (dans les cas où ils ne l’ont pas entièrement ignorée). Ils se sont moqués des commentaires de Loukachenko sur la vodka et les saunas, utilisant cette méthode pour éviter de poser des questions plus profondes.

Selon le récit officiel, la Biélorussie aurait dû être une zone de mort, de destruction et de désastre. La modélisation de Neil Ferguson – l’une des pièces maîtresses de la propagande utilisée pour mettre la Grande-Bretagne en quarantaine – prédisait que si l’on ne contrôlait pas Covid 19, il tuerait entre 54 090 et 71 616 Biélorusses.

Quels sont donc les faits ?

Décès du Covid et Biélorussie

La population de la Biélorussie est d’environ 9,5 millions d’habitants. Sur cette population, au 12 décembre 2020, un total de 1 263 décès sont enregistrés comme étant dus au Covid 19. Il semble que le premier décès en Biélorussie attribué à cette maladie ait été le 31 mars, avec entre 2 et 11 décès enregistrés chaque jour jusqu’au 12 décembre.

Il va sans dire que 1 263 décès sur une population de 9,5 millions d’habitants est minuscule et n’indique guère qu’une pandémie mortelle balaie le pays. Mais les critiques de l’approche biélorusse peuvent prétendre que Loukachenko cache la réalité des décès de Covid-19 dans le pays.

La manière la plus logique d’examiner cette question est de voir s’il y a des décès en surnombre en Biélorussie en général au cours de cette période, et si oui, combien. Bien sûr, ce n’est pas parce qu’il y a eu des décès en surnombre que l’on peut prouver que les décès ont été causés – ou non – par des cas cachés de Covid-19. Mais un nombre relativement faible de décès en surnombre révélerait que l’affirmation selon laquelle Loukachenko cache des décès en masse du Covid-19 n’est pas plausible.

Selon les données, il y a eu quelques décès en surnombre en Biélorussie au cours du deuxième trimestre 2020 (avril, mai et juin). 35 858 personnes sont mortes en Biélorussie au cours de cette période, soit 5 606 de plus qu’en 2019. En examinant les données, nous pouvons voir que la grande majorité de ces décès en surnombre ont eu lieu en juin, avec pratiquement aucun en avril et un léger excédent en mai.

Ce chiffre est plutôt faible par rapport aux prévisions de malheur et de destruction avancées par des personnes comme Neil Ferguson.

Biélorussie vs. Angleterre et Pays de Galles

Une comparaison avec un autre pays qui a mis en place des mesures de confinement prouve que les prédictions alarmistes concernant les conséquences d’un non confinement ne sont pas fondées.

Cette analyse a été réalisée en prenant le nombre de décès en surnombre pour la Biélorussie et en calculant ensuite les mêmes chiffres pour l’Angleterre et le Pays de Galles à partir des données hebdomadaires sur les décès de 2019 et 2020. La Biélorussie a enregistré 5 605 décès supplémentaires en avril, mai et juin 2020, pour une population de 9,5 millions d’habitants. L’Angleterre et le Pays de Galles ont eu 54 798 décès excédentaires au cours de la même période pour une population de 59,5 millions d’habitants.

La population de l’Angleterre et du Pays de Galles est 6,26 fois plus importante que celle de la Biélorussie, donc en divisant le chiffre de 54 798 par 6,26, on obtient un résultat de 8 754. Si la Biélorussie avait eu le même taux de mortalité excédentaire que l’Angleterre et le Pays de Galles, on aurait observé 3 149 décès supplémentaires en Biélorussie. Ou pour formuler ces données autrement, si l’Angleterre et le Pays de Galles avaient le même taux de mortalité excédentaire que la Biélorussie, il y aurait eu 19 711 décès de moins sur la période.

Le British Medical Journal sur la Biélorussie : sauver le cas pour les confinements ?

Cette preuve semble accablante pour les partisans du confinement. Cependant, il y a une tentative d’expliquer le faible taux de mortalité en Biélorussie malgré le fait qu’il n’y ait pas eu de confinement là-bas, publié dans le British Medical Journal. L’article avance quatre raisons pour lesquelles la Biélorussie a un faible taux de mortalité, dont certaines offrent des données comparatives avec le Royaume-Uni.

La première raison donnée dans l’article est que la Biélorussie a un nombre de lits par habitant beaucoup plus élevé – 11 pour 1000 contre 2,5 pour 1 000 au Royaume-Uni.

Les services de santé trouvent généralement un équilibre entre le fait d’avoir suffisamment de lits disponibles pour faire face à une crise et le fait de ne pas en gaspiller l’argent pour des lits inutiles. On peut faire valoir que le NHS se trompe d’équilibre et penche vers un nombre insuffisant de lits par habitant. Par exemple, le Royaume-Uni a connu un grand nombre de cas de grippe pendant la saison 2017-2018, les hôpitaux ayant un taux d’occupation des lits élevé.

Cependant, le taux d’occupation des lits au Royaume-Uni a considérablement diminué en raison du confinement et de la politique du NHS consistant à faire sortir le plus grand nombre de patients possible. Le 13 avril, quelques semaines après le début de la fermeture, les lits de soins aigus étaient inoccupés à 40%. Cela ne laisse pas présager un service de santé qui aurait été totalement débordé s’il n’avait pas été confiné (à titre de comparaison, les lits du NHS sont généralement remplis à 90%). Il se peut en fait que le confinement ait coûté des vies en annulant le traitement, en expulsant des personnes des hôpitaux et en promouvant un message basé sur la peur qui décourageait les gens de chercher un traitement.

Un autre argument principal de l’article est que la Biélorussie compte un petit nombre de personnes âgées dans des maisons de retraite (elle en compte 203 pour 100 000, contre 854 pour 100 000 au Royaume-Uni). Il est vrai qu’un agent pathogène respiratoire se propage plus facilement dans un environnement comme une maison de retraite en raison de la proximité des personnes vulnérables. Il est également vrai que le Royaume-Uni a connu un grand nombre de décès dans les maisons de retraite au cours de cette période.

Cependant, la politique du gouvernement britannique à l’égard des maisons de retraite a probablement contribué à une partie au moins de l’excès de décès causés pendant cette période. Les personnes placées dans des maisons de soins se voyaient systématiquement refuser un traitement hospitalier et ne pouvaient pas avoir accès à un médecin généraliste. Le manque de visites familiales a provoqué l’abandon mental de nombreux patients âgés et la détérioration de leur état. Les décès qui en ont résulté ne peuvent donc pas être attribués à un virus, mais à la politique du gouvernement.

L’argument échoue également en tant que motivation pour le confinement. Si la majorité des décès se produisent dans un environnement relativement confiné comme une maison de soins, le confinement de l’ensemble de la société, comme la fermeture de magasins et d’événements sportifs, n’aura aucun effet sur la transmission dans cet environnement.

Deux autres raisons données dans l’article – le meilleur système de test biélorusse et le manque d’intérêt pour la Biélorussie comme destination de voyage – n’ont pas non plus d’influence sur l’efficacité de la stratégie d’enfermement.

Il n’y a pas de preuve que les personnes ayant été testée positive mais n’ayant aucun symptôme soient contagieuses. Il s’ensuit que le fait de tester plus de personnes n’entraînera pas moins de décès, ce qui ne peut donc pas expliquer le faible taux de mortalité en Biélorussie sans confinement. La Biélorussie a bien mis en place des mesures de quarantaine, alors que le Royaume-Uni a continué à autoriser les vols dans le pays.

L’article affirme qu’il est plus facile pour la Biélorussie (que pour le Royaume-Uni) de fermer ses frontières parce que ce n’est pas une destination de voyage importante, ce qui est vrai, mais on ne peut pas sérieusement affirmer que la mise en place de mesures de quarantaine coûte plus cher que la fermeture de tout le pays. Une fois qu’un virus hypothétique est également présent dans un pays en nombre important, la quarantaine devient également sans objet.

Conclusion

Le cas biélorusse est un problème important pour les personnes qui affirment que des mesures de confinement étaient nécessaires pour prévenir les décès massifs dus à la pandémie mortelle de Covid-19. Les mesures limitées prises en Biélorussie ont entraîné un taux de mortalité plus faible que le confinement qui a soutenu l’Angleterre et le Pays de Galles. Il n’y a pas non plus d’arguments clairs pour expliquer pourquoi la Biélorussie est si unique qu’il pourrait se passer de confinement alors que d’autres pays en ont mis en place.

Compte tenu du coût pour l’économie et le bien-être mental de l’imposition de mesures de confinement, ainsi que des restrictions draconiennes des libertés fondamentales, ces faits suggèrent fortement que les dirigeants qui ont imposé des mesures de confinement doivent répondre de leurs actes devant leurs citoyens.

Traduit par Aube Digitale

Source : ZE Journal

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.