Clairfayts: les maires du Solrézis réunis autour des gendarmes pour causer sécurité

C’est un rendez-vous inédit dans l’Avesnois. Ce mardi matin, les représentants des communes du Solrézis étaient réunis dans la salle des fêtes de Clairfayts afin d’échanger avec les gendarmes autour des problématiques de sécurité.


Vingt-trois maires ou représentants des communes étaient réunis ce mardi dans la salle des fêtes de Clairfayts pour causer sécurité.

Vingt-trois maires ou représentants des communes étaient réunis ce mardi dans la salle des fêtes de Clairfayts pour causer sécurité.

Après une première réunion du même genre dans le Quercitain il y a quelques mois, les gendarmes ont remis le couvert ce mardi matin à Clairfayts. Le but ? Réunir l’ensemble des maires gravitant autour de la communauté de brigade de Solre-le-Château afin d’engager un dialogue autour des problématiques de sécurité. Une nouvelle initiative lancée par la compagnie de gendarmerie d’Avesnes-sur-Helpe pour améliorer les relations entre les militaires et les édiles. Et de mieux appréhender la problématique de la délinquance. « C’est par exemple l’occasion de faire une distinction entre le sentiment d’insécurité et la délinquance réelle sur le territoire », explique le commandant Joël Kerleau, à la tête de la compagnie d’Avesnes. Des habitants peuvent imaginer le pire dans leur commune, se sentir en complète insécurité, alors qu’en réalité, les faits constatés par les enquêteurs sont normaux.

Cambriolages et délinquance routière

Ce mardi matin, vingt-trois maires ou représentants des maires étaient présents sur vingt-cinq communes concernées. La réunion a commencé par un panorama complet de la délinquance dans le Solrézis, statistiques à l’appui. « Il y a surtout deux problématiques principales sur le secteur, assure Guy Erphelin, le maire de Clairfayts. Quelques vols ou cambriolages et la délinquance routière ». Bonne nouvelle les statistiques sont stables, pas de flambée de la délinquance.

Cette rencontre est aussi une opportunité pour les premiers magistrats de livrer leurs doléances vis-à-vis du travail des gendarmes. Une en particulier : « en tant que maire, nous signalons certaines affaires, il y a des enquêtes, mais après, nous ne sommes plus tenus au courant », ajoute Guy Erphelin, maire de Clairfayts. « Sur ce point, cela ne relève plus de nos compétences », répond Joël Kerleau. C’est à la justice, en l’occurrence le Parquet, qui conduit les investigations.

Dans un second temps, les gendarmes ont rappelé tous les outils offerts aux représentants des communes pour lutter contre la délinquance, comme la procédure de rappel à l’ordre. Les échanges cordiaux se sont poursuivis toute la matinée. La prochaine réunion de ce type aura lieu à Trélon.

Source : La Voix du Nord

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.