Cinq remarques sur le complotisme

chaque fois que vous entendez « complotisme » ou « complotistes », quand bien même cela vient-il de personnes soignées et éduquées à la surface des choses, eh bien, vous entendez en fait des voix qui veulent « étouffer » la vôtre, des gens inspirés par l’esprit qui s’apparente au Pogrome. Oui, de vous « éradiquer ». 

S’il arrivait un jour qu’on vous qualifie de complotiste, réagissez exactement comme si on venait, Madame ou Monsieur, de vous traiter et pardon d’être clair de : voleur ! ou d’escroc !

© Pixabay

« À laisser le laisser-faire, on engendre aujourd’hui les vrais problèmes de demain ».

L’objectif : normer la normalité.

L’usage maintenant généralisé du terme « complotisme » appelle des observations essentielles, puis une critique importante et enfin une action individuelle, qui peut être décisive. Tant cette évolution-là de notre champ lexical collectif est contraire à, oui, la dignité humaine.

Dans cet article, sont présentées cinq observations assorties d’illustrations permettant une démonstration complète qu’en réalité, l’usage de ce terme péjoratif masque la volonté de ses utilisateurs de non seulement ostraciser plutôt que de débattre, mais finalement de travailler à l’anéantissement de leurs contradicteurs.

Et ce au nom d’une légitimité qu’ils ne détiennent de personne, mais qui les présente pourtant comme les détenteurs d’une vérité qui n’existe pas davantage.

Le complotisme appelle quelques remarques puisqu’aujourd’hui il a tout l’air d’être aussi banal que l’écologie. Ce qu’il ne pourra jamais être.

Les complots marquent la société humaine

La première remarque, c’est qu’il n’existe pas de société humaine qui ne soit pas animée de complots permanents. Petits ou grands, insignifiants ou décisifs, préparés de longue date comme montés à la va-vite depuis l’actualité du jour. Et ceci pour la raison simple que ces mêmes sociétés sont animées de pouvoirs et d’intérêts qui sont aussi rarement accordés. Ce qui donne le goût à n’importe qui d’y organiser sa petite conjuration, et tenter de faire valoir une alternative à l’état donné des choses qui ne lui convient pas.

À cet égard, l’idée qu’il puisse exister quelque part, y compris au sein de démocraties, une assemblée libre, ouverte, éclairée, etc., où des divergences pourraient être exposées pour être débattues de manière simplement équitable et équilibrée, relève autant d’une illusion que d’une propagande feignant d’être autre chose : nos débats ont toujours moins l’envie d’aboutir à la position qui est juste, que celle qui est la plus forte, et ceci explique cela.

Alors ceux qui s’y opposent tout de même sont presque forcément des gens portés sur la ruse secrète pour tenter de faire valoir leurs positions ; une ruse qui a un rapport évidemment direct avec le fondement d’un complotisme.

Les complots marquent l’histoire

La deuxième remarque parle dans le même sens : que n’importe qui prenne un manuel d’Histoire et à chaque page à peu près, il constatera qu’il n’est question que de complots et de conjurations sous des formes les plus diverses. Rien ou presque dans l’Histoire de France, comme dans celle du monde, n’est advenu par une concorde spontanée universelle. Une communion qui aurait été d’abord discutée de manière aussi aimable qu’entre gens de bonne compagnie.

Ça, c’est l’île aux enfants de Casimir, qui n’a jamais existé ailleurs qu’en « dessin animé ».

Tout au contraire, l’Histoire ne procède que de rapports de forces, de manipulations, de coups de Jarnac, d’alliances de circonstances et d’autres poignards plantés dans le dos pour parvenir à ses fins. Trouvez alors un seul fait historique d’importance qui ne relève pas de cet état d’esprit complotiste, y compris pour la « bonne cause », – car la promotion de justes combats est aussi souvent arrivée – eh bien, vous pourrez sabler de champagne votre trouvaille !

Les complots sont présents partout dans la culture contemporaine

La troisième remarque s’avance un pas plus loin dans la réalité de nos existences : trouvez donc aussi un seul roman, film de cinéma, ou bien une seule série télévisée qui ne parle pas d’intrigues et de complots, – là aussi sous un rapport ou un autre -, et il est presque garanti que la raison de votre échec sera surtout que les librairies sont fermées, les cinémas éteints, et que votre télévision à l’allure d’un écran noir : oui, il est probablement l’heure d’aller vous coucher, de vous reposer de cette existence pleine de complots à ras-bord, vous l’avez bien compris.

Toutes nos existences sont faites de micro-complots

D’ailleurs, la quatrième remarque s’adresse à vous, personnellement : quand est arrivé la dernière fois où, pour obtenir une chose, un délai, faire ou ne pas faire n’importe quel acte, éviter une difficulté ou bien la résoudre, avec des proches ou des tiers, n’avez-vous pas employé une ruse ou monté un micro-complot et voir comment mieux parvenir à vos buts ?

C’était sans doute hier. Avant-hier. Ou peut-être même une heure en arrière. Et très probablement avant la fin de cette journée même, et pour bien plus qu’une seule fois. N’en soyez pas heurté.

Dès après l’âge d’un ou deux ans, tous les êtres humains sont saisis de ce penchant complotiste. Et nous sommes actuellement près de 8 milliards sur cette planète : il n’y a pas de quoi vous inquiéter, tout est chez vous parfaitement normal si d’aventure, vous en aviez douté une seconde.

Bref, vous l’avez également compris, la question en jeu, ce n’est jamais le complot et son esprit de ruse. Chacun le sait, tout le monde en fait usage. Ces faits sociaux sont aussi universels que permanents. Aussi bien négativement que positivement, puisqu’assez souvent aussi, le complot et sa ruse sont là pour obtenir qu’une chose se produise. Mais moyennant, au choix, le minimum de contrainte, d’autorité, de conflit, de violence, ou bien de guerres.

Il n’y a donc vraiment pas de quoi s’inquiéter du complotisme généralisé où nous vivons.

Mais si donc la question du complotisme ne peut pas être celle du complot, que peut-elle être au juste ? De nos jours en particulier ?

Eh bien, c’est surtout et sans le dire l’inquiétude d’une subversion.

Autrement dit, il existe aux différentes échelles et domaines d’une société, des pouvoirs organisés, que des gens ou des organisations ont décidé de saper. Le CNRTL (Centre national de ressources textuelles et lexicales) de, qui fait autorité en manière de langue française, définit d’ailleurs la subversion de cette manière éloquente :

« Subversion : action de bouleverser, de détruire les institutions, les principes, de renverser l’ordre établi. Synonymes : renversement, révolution, sédition ; antonymes : modération, conformisme. Subversion d’un État, d’un gouvernement, des lois, de la société ; entreprise, menaces de subversion ; pousser (qqn) à la subversion. »

Et on comprend bien que tout ça, ça suppose du complot, comme l’esprit du complotisme. Sans que cela ne doive davantage inquiéter. À moins de postuler, et ce serait très problématique, qu’une autorité quelconque est par essence bienveillante, compétente, intègre et honnête.

Voilà, on peut considérer que la démonstration est faite.

Il existe donc des pouvoirs, et des gens qui peuvent être tentés de les subvertir, de les malmener ou de les abattre d’une manière ou d’une autre, et des raisons qui leur appartiennent. Ça peut aussi bien commencer par une bonne blague, se poursuivre par un geste surprenant (la Quenelle) ou une tenue inattendue (le Gilet Jaune) ; puis une décision politique (augmentation du prix du carburant) ou une idée très bouleversante, voire l’attentat d’une bombe ; et finalement une révolution… Lorsque l’agacement populaire est à son comble – la subversion, il y en a vraiment pour toutes les configurations d’oppositions possibles, tous les goûts aussi.

Sur cette base éclaircie, voyons la question d’actualité :

Pourquoi donc les pouvoirs en place et les grands médias parlent maintenant sans cesse de complotisme, plutôt que de subversion ? – qui est la vraie question de tout complot. Il est possible de formuler au moins deux explications à cette distorsion-là, où l’on parle d’une chose, mais sans la nommer pour ce qu’elle est essentiellement.

La première est qu’à l’époque contemporaine, tout ce qui a un petit air subversif, ou qui prétend l’avoir…, porte aussi sans le dire la perspective d’un progrès.

Ici, c’est l’idée de la révolte et qui est presque toujours comprise comme étant nécessaire.

Il est loin le temps où Anne d’Autriche, Reine de France, pouvait énoncer sans trop étonner son monde, « il y a de la révolte à s’imaginer qu’on puisse se révolter » (26 août 1648). Une parole qui, aujourd’hui, vous conduirait presque aussitôt à la 17e Chambre de la correctionnelle du Tribunal de Paris pour atteinte à tout ce que vous voulez, l’expression libre et les droits de l’Homme pour bien commencer.

Personne n’y peut plus rien : les révolutions 68 et Rock n’Roll sont passées par là, alors oui, oui, et oui : de nos jours, toutes les révoltes sont forcément plus ou moins cools.

Par conséquent, préférer aujourd’hui parler de « complotisme », cela évite que la subversion qu’il porte ait une seule chance d’être ce qu’elle ne doit pas être, cool.

Et si vous en doutez, souvenez-vous aussi bien de l’affaire de la quenelle de Dieudonné, que celle des anonymes sortis en tenue de homard pour rappeler sa gastronomie dispendieuse à François de Rugy alors qu’il était président de l’Assemblée nationale… songez aussi aux potaches de la Nuit Debout : la plupart de tous ces petits complotistes se marraient bien aussi.

La deuxième raison est qu’à parler de complotisme et de comploteurs, plutôt que subversion et de personnes subversives, – bien plus dangereuses -, on parle forcément de gens et de faits pas très sérieux au fond des choses : relisez la définition qu’en donne le CNRTL ; la subversion, c’est une affaire d’importance. Alors qu’en comparaison, le complotisme et les complotistes, cela suggère bien plus naturellement des pieds nickelés perdus dans les méandres de leurs spéculations « vaseuses ». Un genre de pathologie psychiatrique qu’il convient de traiter, oui, mais sans avoir à en discuter véritablement avec ceux qui en sont affectés.

On est d’un coup dans le médical, et non pas la divergence d’opinions qui pourrait être utilement examinée, discutée, négociée, et pourquoi pas aplanie ?

Ici, vous comprenez pourquoi tous ceux qui sont stigmatisés comme complotistes ne sont jamais conviés à s’expliquer en détail – jamais. Et encore moins qu’on ne se risque à les confronter aux personnes et Institutions que ces possédés se sont donc avisés de critiquer.

Un psychiatre, voyez-vous, ça vous traite : votre avis très personnel sur la situation, ça ne l’intéresse qu’à la marge des civilités d’un : bonjour, et au revoir. Motif pour lequel il est aussi docteur et vous, un patient parmi cent. Ok ?

En résumé, à propos de cette affaire de complotisme, d’un côté, on ne peut pas parler d’un phénomène qui pourrait être perçu comme cool ; de l’autre, on préfère en parler comme s’il agissait d’une maladie psychosociale. Sans trop pouvoir le dire, on se balade donc entre le cool et la folie.

Et du point de vue des pouvoirs, – qui bien entendu n’aiment jamais être contestés -, la seule question que soulève en réalité la révolte portée par ce qu’ils stigmatisent comme « complotisme » (et qui n’est pas la vraie question, cf. plus haut) est finalement la suivante : devoir affronter une opposition qui se situe quelque part dans l’intervalle du cool et la dinguerie.

En réfléchissant un instant à la nature de cet intervalle-là, vous devriez assez vite remarquer qu’il se situe en dehors de ce qu’on désigne : la normalité. Parce que la normalité, cela impose toujours un peu de tenue et retenue, qui s’oppose au cool, et elle rejette radicalement, – et forcément… -, tout ce qu’elle stigmatise comme : folie.

Dit autrement un cran plus loin, à propos de toute cette affaire de complotisme, nous avons donc affaire à des pouvoirs qui entendent définir et fixer les critères de la normalité, dont l’intervalle [cool ; dinguerie] est exclu. Oui, il s’agit de normer la normalité. La vôtre, la nôtre, et celle de tous les autres, y compris d’ailleurs la normalité des membres des pouvoirs en question, fallait-il le préciser ? Eux, ils doivent être forcément normalisés.

À ce stade, le lecteur aura déjà compris où sont parvenus beaucoup des pouvoirs et médias occidentaux qui se sont lancés dans la chasse à ce qu’ils énoncent à tort et à travers comme étant du complotisme…

Dans un monde habituel, en effet, un pouvoir est toujours l’émanation et l’expression d’une population : il est la conséquence de ce qu’elle est. Ainsi en France, nous avons un Président ; en Angleterre, un Roi ; ailleurs, ce peut être un Conseil Fédéral ; jadis, le Grand Sachem d’une tribu, etc.

Dit autrement encore, l’ordre naturel des choses, c’est partout et toujours qu’une population détermine et fixe ce qui constitue pour elle la normalité du pouvoir qui lui convient.

Et non pas l’inverse. Tout l’inverse.

Puisqu’avec cette question de complotisme-subversion, nous avons en réalité affaire à des pouvoirs et des médias qui, sans le dire explicitement, ne cherchent en fait qu’à définir et fixer eux-mêmes les critères de normalité de sa population.

Voyez-vous le renversement complet de position, le paradoxe ? Comme le danger qu’il recèle ?

Des esprits modérés diront sans doute qu’il s’agit là d’une dérive autoritaire du pouvoir (injonctions paradoxales obligent), qui est peut-être aussi marqué par un goût inquiétant pour le pouvoir absolu que certains n’hésitent pas à appeler tyrannie ?

Mais le fond de cet esprit-là est bien, bien plus préoccupant.

Un pouvoir autoritaire ou tyrannique cherche encore, et toujours, à assurer une cohésion autour de lui, par la force il se trouve. Alors qu’un pouvoir préoccupé de normalité imposée, c’est tout autre chose : il ne connaît que les gens qui répondent à ses critères. Les autres, il doit les « écrabouiller ». Un à un jusqu’au dernier. Simplement pour assurer la viabilité et la vigueur de cette normalité qu’il entend voir se produire.

Oui, il s’agit non pas de marginaliser, mais de supprimer socialement, de massacrer. Et c’est le prix à payer lorsqu’on se préoccupe de normalisation : enlever les « outliers », les valeurs extrêmes sans se soucier de leur rôle dans la société.

Exactement comme dans des usines de poulets, où l’on s’est longtemps intéressé aux poules qui pondront des œufs. Si bien que tous les petits coqs à peine nés y étaient directement passés à la déchiqueteuse. À la broyeuse en silence. Comme conséquence d’une simple question de norme, de normalité ; n’y voyez rien d’inhumain ou de trop personnel en première intention. C’est l’orthodoxie établie de la normalité des choses qui y oblige. Voilà.

Voilà aussi la cinquième remarque, elle découle des précédentes : chaque fois que vous entendez « complotisme » ou « complotistes », quand bien même cela vient-il de personnes soignées et éduquées à la surface des choses, eh bien, vous entendez en fait des voix qui veulent « étouffer » la vôtre, des gens inspirés par l’esprit qui s’apparente au Pogrome. Oui, de vous « éradiquer ». Puisque dans leur monde, vous êtes une aberration à la norme qui n’a pas à y exister. Qui ne doit pas exister. Alors vous supprimer, socialement ou pour de vrai, c’est en dernière analyse ce à quoi ils travaillent toujours l’air de rien.

Quant aux moyens employés, – des plus insidieux et faussement légaux, aux plus violents -, cela dépendra partout et sans cesse de ce qu’un pouvoir épris de normalité folle-dingue peut raisonnablement accomplir pour atteindre cet objectif sans trop inquiéter.

Connaissez-vous un seul pouvoir en roue libre qui ait déjà une seule fois discuté de ses horreurs sous le rapport des détails de ses horreurs ? Non, jamais. Nulle part.

Motif pour lequel aussi il a bien fallu instituer des tribunaux extra-ordinaires pour en savoir un peu plus sur les faits et gestes réels des pouvoirs rwandais, nazis ou ex-yougoslaves, etc.

Tout ça, c’est la même monomanie de la normalité qui a dégénéré pour cette raison même.

Vous pourriez rétorquer que, justement et depuis vingt ans en particulier, les sociétés occidentales ont profondément progressé dans l’intégration de toutes sortes de contraventions à la normalité. La preuve, elles emploient maintenant des mots tendres pour toutes les désigner avec douceur : malentendants (sourds) ; malvoyants (aveugles) ; SDF (clochards) ; personnes à mobilité réduite (handicapés) ; sans emploi (chômeurs) ; gays (homosexuels- elles) ; personnes racisées ou de la « diversité » ; migrants ou sans-papiers (des clandestins), etc., etc. On a même eu droit récemment au sur-mulot, de la part d’une écologiste de Paris et c’était en remplacement de ce bon vieux rat de centre-ville.

Justement, oui.

Question : quel est le point commun de toutes ces vieilles divergences à la norme ?

Elles ne présentent aucun danger sociopolitique, aucun.

Il faut le redire : aucun danger sociopolitique qu’un pouvoir ne puisse maîtriser ! Alors que des esprits subversifs, c’est une toute autre paire de manche.

Est-ce que la manipulation psychosociale en cours devient plus apparente ? D’un côté, la folie de la normalisation assassine ravage les sociétés occidentales ; de l’autre, on y normalise en force toutes les contraventions à la norme qui ne présentent aucun danger… L’un dans l’autre, tout semble non seulement fonctionner correctement, mais bien mieux que jadis. Un beau résultat, sous le rapport de la perversion.

De ce fait aussi, il existe une autre chose importante que vous pourriez cesser de négliger, de vous en moquer, ou bien de la trouver saugrenue et peut-être même très accessoire : chaque fois également que vous entendez parler de Conspiracy Watch, des Sleeping Giants, et de la plupart de ces prétendus fact-checkers actuels1, eh bien en réalité, vous avez également affaire à des obsessionnels de la normalité. Ce qui, néanmoins, permet de mieux comprendre l’acharnement dont ils font tous preuve dès qu’ils ont sélectionné une cible, pas de demi-mesures : l’anéantissement ou rien.

Pensez-vous que ce soit exagéré ?

C’est que le logo originel d’un Conspiracy Watch vous a échappé : c’est comme le viseur d’un sniper. Le genre de bienveillant dont le métier est l’exécution d’un clic, sur une gâchette. Quant aux Sleeping Giants, tout est dans le nom : ça ne menace pas de nains réveillés !

Commentaire : Voici le logo en question :

conspiracy watch logo

Pour conclure un conseil s’impose ; libre à chacun de le suivre ou non. Tout le monde ayant été prévenu de ce que la promotion du concept de « complotisme » transporte au fond de sa « besace maléfique ».

S’il arrivait un jour qu’on vous qualifie de complotiste, réagissez exactement comme si on venait, Madame ou Monsieur, de vous traiter et pardon d’être clair de : voleur ! ou d’escroc !

Parfois, le respect élémentaire qui est dû à chaque personne, mais qui ne se produit malheureusement pas et plus, il faut avoir la lucidité de l’imposer sur le champ. Sans plus rien négocier du tout. Vraiment rien. Puisqu’à laisser faire des petits mots banalisés, on en vient ensuite, et trop tard, à affronter des dangers extraordinaires.

Note :

1. Checknews, lancé en avril 2017 par le journal Libération, fut alors une idée splendide et d’ailleurs récompensée internationalement : la possibilité pour des anonymes de demander à des journalistes professionnels de vérifier publiquement tel ou tel fait. Soit l’idéal d’un contrôle populaire direct dans une démocratie. Malheureusement avec le temps, et puis ses nombreuses imitations, cette belle proposition a peu à peu complètement dégénéré. Aujourd’hui, ce qui est souvent vérifié-harcelé, ce sont des propos de comptoirs du populo, trouvés sur Facebook, Twitter et compagnie.

Et de quoi renvoyer le populaire à l’indignité où l’on veut toujours le rabaisser.

Les vrais pouvoirs, eux, restent encore et sans cesse à peu près libres de dire ce qui leur chante et sur les questions sérieuses en particulier.

Source : Sott.net

Note de la rédaction de Profession-Gendarme :

Mentionnons que Conspiracy Watch nous a fait l’honneur de nous mentionner dans ses articles et continue même de viser notre blog avec une mise à jour du 19 septembre 2022.

A voir sur ce lien : https://www.conspiracywatch.info/notice/profession-gendarme

Le fait que nous soyons ainsi placé dans le petit bout de la lorgnette ou dans le « Viseur » de Conspiracy Watch est bien la preuve que nous dérangeons et rien que pour cela « ils » nous donnent raison et nous incitent à continuer.

C’est à nous tous qu’il appartient de donner le vrai sens des mots « Comploteurs » ou « Complotistes » ? Dans ce second mot je n’y vois aucune insulte mais bien davantage une Reconnaissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.