Cinq gendarmes de Roussillon (38) devant le tribunal correctionnel de Vienne pour violences sur une collègue

Pendant près d’une année, une jeune gendarme de la brigade de Roussillon a subi les brimades de cinq de ses collègues. Mise au courant de cette situation, la hiérarchie a souhaité que cette affaire ait une traduction judiciaire. Ce sera mardi après midi, devant le Tribunal correctionnel de Vienne.

gend.jpg

 

Cinq gendarmes de Roussillon (38) devant le tribunal correctionnel de Vienne pour violence sur une collègue
A nos confrères de France 3 Alpes, le Commandant du Groupement de Gendarmerie de l’Isère, le colonel Jean-Valéry Lettermann, parlait en mai dernier  “de faits pénibles” : une jeune gendarme “frappée, menottée à un arbre ou encore enfermée brièvement dans une geôle de la brigade”.

Des sévices découvert par un moniteur de tir, lors d’une séance où la jeune femme s’est présentée le lendemain se plaignant de douleurs aux genoux. En discutant avec elle, il avait rapidement compris que de choses anormales se déroulaient depuis un moment au sein de la brigade. “Des gendarmes aux bons états de service qui se sont comportés comme des abrutis!” avait résumé le Commandant.

C’est donc la hiérarchie qui a saisi le procureur de la république. “On est au 21e siècle, on n’a pas à tempérer une affaire telle que celle-là!” avait expliqué le Colonel Lettermann. L’enquête de l’Inspection générale de la Gendarmerie Nationale avait finalement duré quinze jours.

Aujourd’hui, les cinq hommes qui ne sont pas suspendus, mais dont deux font l’objet d’une interdiction temporaire d’exercer une activité de Police Judiciaire, vont comparaître devant le tribunal correctionnel pour des faits de violences volontaires et involontaires.

La victime, agée de 21 ans, est toujours en arrêt de travail.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *