Châteaulin Course des squales. Le beau défi social des élèves gendarmes

1. 112 participants ont disputé cette première course des squales, du nom de...

. 112 participants ont disputé cette première course des squales, du nom de l’emblème de la première compagnie de l’école de gendarmerie, organisatrice de ce défi social. 2. Deux élèves gendarmes, Nicolas Leroy et Alexandre L’Henoret (le vainqueur), et un civil, Nicolas Brelivet, sont montés sur le podium. 3. Point le plus haut de la caserne, l’ancien champ de tir offre une vue imprenable.
Organisée par les élèves gendarmes dans l’enceinte de leur école, la course des squales a réuni 112 participants. Ce défi social au profit des orphelins de la gendarmerie a fait aussi courir les civils. Lesquels découvraient pour la première fois le vaste terrain militaire. HIer matin, c’était la première fois qu’une course ouverte aux civils se disputait dans l’enceinte de l’école de gendarmerie. La première compagnie, instigatrice de ce défi social au profit des orphelins de la gendarmerie avec l’association Étoiles bleues, aurait certes préféré davantage de participants. Mais 112, c’est déjà pas mal, surtout quand se courait au même moment le redoutable trail de Trévarez. Parmi la quarantaine de civils ayant répondu à l’appel, une dizaine d’athlètes de Courir à Châteaulin sont là. Didier fait remarquer que ceux qui ont boudé la course vont le regretter. « C’est un beau circuit de presque 10 km, assez technique, avec des petites bosses, du plat et des relances ». Jos surenchérit en appelant vivement les prochaines promotions « à réitérer la manifestation ». Dans l’ancien champ de tir Cathy et Jean-Marc, de Cast mais aussi de Courir à Châteaulin, sont venus en famille avec leurs enfants Milan et Léia. « Nous, on ne court pas. On reste dessiner et faire des maquillages », préviennent les enfants lors du retrait des dossards. La première compagnie a tout prévu. « Les garderies sont rares dans les courses. À part Elle et Lui à Quimper, je n’en connais pas d’autres ». Des parents à tous points de vue ravis qui, après la course, ont salué « un parcours sympa, avec la partie militaire du bois Saint-Gildas où, forcément, on ne va jamais, et les éoliennes qu’on ne voit pas sous cet angle. C’est très joli ». Cette partie la plus haute de la caserne de la Tour-d’Auvergne est un ancien champ de tir datant de l’époque du 41e régiment d’infanterie. On peut même y admirer la baie de Douarnenez. Un charme que n’a pas boudé Perrine, 12 ans. La plus jeune des participantes a couru avec son papa, Christophe, instructeur à l’école. « C’était assez dur dans les côtes et je n’avais jamais couru 10 km ». 59′ pour une première, c’est mieux que bien. Le colonel Ogès, commandant en second de l’école, a mis 45′ en tant que vétéran 2 (entre 50 et 60 ans). Et puis, il y a les cracks. Le vainqueur est un élève gendarme de 27 ans, Alexandre L’Henoret (35’20”), suivi par son camarade Nicolas Leroy (35’34”). En troisième position (35’37”), on trouve un civil. Nicolas Brelivet, 40 ans, habite Plouzané où il court avec l’Iroise athlétisme. « Mais j’ai une maison familiale à Plomodiern, juste derrière la caserne et ça me démangeait de venir voir comme c’était à l’intérieur ». C’est fait. Chez les femmes, Myriam Kerc’hrom arrive première en 44’24”. Aujourd’hui, les élèves de la première compagnie accueillent une dizaine d’orphelins de la gendarmerie pour qui ils ont préparé plein d’activités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *