Cancale : son fils se plaint de ses conditions de travail, elle saisit les testicules de son patron

Mécontent de ses conditions de travail, ce saisonnier, employé dans un camping de Cancale, est venu rencontrer son responsable avec sa mère. L’entretien a dégénéré.

25061-190503122450388-0À la fois prévenus et victimes, les quatre protagonistes se sont retrouvés devant le tribunal de Saint-Malo, jeudi 2 mai 2019, pour répondre de faits de violences et enregistrement de données à caractère personnel sans l’accord de l’intéressé pour la mère du saisonnier. (© Le Pays Malouin)

Le travail et la famille ne font pas toujours bon ménage. À Cancale (Ille-et-Vilaine), durant l’été 2017, on en a eu une belle illustration.

Un jeune homme âgé de 20 ans, saisonnier dans l’un des campings de la cité de la côte nord bretonne, était mécontent de ses conditions de travail. Au service restauration où il est employé, le rythme serait trop soutenu. Et le salaire pas assez élevé.

Il réclame d’être revalorisé lors d’un entretien avec son responsable. En vain, il ne sort pas satisfait de leur rencontre.

Il demande alors un nouvel entretien le même jour. Entretien auquel assistent également la mère du saisonnier et le père du responsable du restaurant du camping.

Mais la discussion s’envenime puis dégénère carrément lorsque le gérant du restaurant camping et son père apprennent que la mère du saisonnier enregistre leur conversation.

Bagarre générale

Un début de bagarre collective éclate alors. Le gérant et son père qui veulent récupérer le fameux enregistrement agrippent la mère par le bras avant de la ceinturer. Ce qui fait aussitôt sortir de ses gonds le saisonnier qui se jette dans la mêlée et fait « un placage américain » à son employeur.

La maman ceinturée, elle, a une autre technique : elle saisit les testicules du patron de son fils !

Résultat : 21 jours d’arrêt de travail pour le gérant du restaurant, âgé d’une trentaine d’années.

Mis à l’amende

On en reste heureusement là et tout le monde porte plainte à la suite de cette rixe survenue au cœur de la saison d’été.

A la fois prévenus et victimes, les quatre protagonistes se sont retrouvés devant le tribunal de Saint-Malo, jeudi 2 mai 2019, pour répondre de ces faits de violences et enregistrement de données à caractère personnel sans l’accord de l’intéressé pour la mère du saisonnier.

« Un dossier d’immaturité » a fini par conclure le substitut du procureur Ronan Le Clerc. Le tribunal a condamné les quatre prévenus à payer des amendes de 200 à 300 euros.

Source : Actu.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.