Cambriolage : les gendarmes se trompent et menottent… les témoins

Cette histoire cocasse s’est déroulée à Méounes dans le Var, dans la nuit de mercredi à jeudi.

Aux alentours de 2h30 du matin, le tabac-presse du village est victime d’un cambriolage. Le gérant est averti de cette infraction. Se trouvant alors en déplacement, il appelle la gendarmerie et demande à un ami de se rendre sur place, raconte Nice Matin.

Quand les forces de l’ordre arrivent sur les lieux, elle sont accueillies par l’ami en question et par le boulanger du village, qui s’apprêtait à prendre son service et passait par là.

“Ils m’ordonnaient de la fermer”

S’ensuit un quiproquo. Les gendarmes prennent les deux individus pour les braqueurs, et les menottent sur le champ. “Ils m’ont ordonné de me mettre sur le capot de la voiture avant de me plaquer au sol et de me menotter”, explique le boulanger au quotidien. “J’essayais de leur expliquer que j’étais le boulanger et que je n’avais rien fait, mais ils m’ordonnaient de “la fermer”.

Le malentendu a tout de même duré trente longues minutes, avant que les gendarmes ne se rendent comptent de leur erreur.

Source : DNA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *