Callac. Un militant anti-OGM convoqué ce matin à la gendarmerie

Il fait partie de la quarantaine de militants anti-OGM qui avait bloqué le site de l’usine Nutréa-Triskallia, à Plouagat, le 4 novembre, pour « dénoncer l’utilisation de soja transgénique dans les aliments pour animaux et la vente de désherbant glyphosate ». Un groupe qui avait aussi, dans la foulée, collé des étiquettes « Nourri aux OGM et aux pesticides » sur des produits carnés du centre E. Leclerc de Plérin et de l’Intermarché de Saint-Brieuc. Puis avait rendu impropres à la vente des bidons d’herbicide contenant du glyphosate au Magasin Vert de Plérin. Répondant à nouveau à l’appel des Faucheurs volontaires d’OGM, ce Callacois de 30 ans s’est rendu à Dijon (Côte-d’Or), le 28 novembre. Sur place, avec quelque 70 militants, il est soupçonné d’avoir procédé au fauchage d’un champ d’OGM ainsi qu’à l’occupation de l’usine Dijon Céréales, fournisseur de semences et de produits phytosanitaires.

Demain matin, il est convoqué à la gendarmerie de Callac pour s’expliquer sur ces faits. Des faits qui ont déjà valu à deux membres du groupe, entendus à la gendarmerie de Saint-Nicolas-du-Pélem, d’écoper d’une procédure en comparution avec reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), qui se tiendra le 24 février prochain, au tribunal de Guingamp.
Virginie Chenard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.