Brigitte Jullien, la cheffe de la “police des polices”, “réfute totalement le terme de violences policières”

La patronne de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a accordé un entretien au “Parisien”, jeudi.

19503975Brigitte Jullien, la directrice de l’Inspetion générale de la police nationale, au ministère de l’Intérieur, le 13 juin 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Des violences policières ont-elles été commises lors des manifestations des “gilets jaunes” ? “Je réfute totalement le terme de violences policières”, déclare Brigitte Jullien, la directrice de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), dans un entretien au Parisien publié jeudi 13 juin.

“Il y a eu des blessures commises à l’occasion de manifestations durant lesquelles la police a fait usage de la force. Notre travail est de chercher à savoir si cet usage était légitime et proportionné, explique la patronne de la “police des polices”. Nous devons évaluer la proportionnalité et la légalité de la riposte. Il y a peut-être eu des situations où cela n’a pas été le cas. Mais il est encore trop tôt pour le dire”, ajoute-t-elle.

Encore aucun policier suspendu

Interrogée sur l’absence de suspension de policier, Brigitte Jullien répond que “pour qu’il y ait suspension, il faut qu’il y ait faute”. Elle rappelle qu’“à ce jour, aucune enquête n’a permis de conclure que la responsabilité d’un policier était engagée à titre individuel”. Mais elle n’écarte pas une telle éventualité : “Cela ne veut pas dire que cela n’arrivera pas.”

En mars, lors d’une réunion du grand débat national, Emmanuel Macron a jugé “inacceptable dans un Etat de droit” de parler de violences policières. Il a affirmé qu’il “refusait” cette expression pour décrire les blessures “malheureusement” subies par des participants au mouvement des “gilets jaunes”.

Source : France TV Info

Voir également :

Interview de Maître Sophia Albert Salmeron après s’être rendue à la C.P.I à La Haye

Ajoutée le 13 juin 2019

Mardi 11 juin 2019, Maître Sophia Albert Salmeron, accompagnée de Francis Lalanne et de Maître Marenga, Avocat accrédité à la C.P.I, s’est rendue à la Cour Pénale Internationale à La Haye (Pays-Bas), où elle avait rendez-vous avec le Procureur, pour déposer un dossier pour Crime contre l’Humanité.
M Francis Lalanne était là pour la raison qu’un Avocat ne peut pas directement porter plainte à la C.P.I et qu’il faut de ce fait un nom de requérant. C’est tout naturellement M Francis Lalanne qui s’est proposé puis qu’engagé depuis le début pour la cause des Gilets Jaunes.
Ce dossier va être examiné et une réponse sera apportée dans un délai de un mois. N’hésitez pas à vous abonner, c’est gratuit.
Victor Hugo a écrit « Les Misérables ». Aujourd’hui « Les Misérables » sont dans la rue, avec un gilet jaune. Ils veulent vivre décemment et ne plus dépendre des caprices de Profiteurs qui s’enrichissent sur leur dos. Défendons notre devise…..Liberté, Egalité, Fraternité
Source : Youtube

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *