Bretagne. Pour fuir les gendarmes, il se cache plusieurs mois dans des forêts espagnoles

1897adcdd1c83fbee99ce20a4465b110-bretagne-pour-fuir-les-gendarmes-il-se-cache-plusieurs-mois-dans-des-forets-espagnolesUne course-poursuite s’est engagée. Priorités et stops brûlés, vitesse excessive à la clef. | OUEST-FRANCE

En avril, il se soustrait à un contrôle en menaçant les gendarmes à Vitré. Il réussit à prendre la fuite et se réfugie en Espagne dans les forêts. Il est interpellé mardi alors qu’il voulait partir en Asie. Il a été condamné cet après-midi à six mois de prison ferme en comparution immédiate.

Le contrôle a tourné au vinaigre et il a fallu tout le sang-froid des gendarmes pour qu’il ne termine pas en drame. Le 14 avril, dans l’après-midi, les forces de l’ordre mesurent l’alcoolémie et le taux de THC des automobilistes à Vitré.

Un jeune homme de 27 ans, originaire du pays de Vitré, tombe dans les mailles du filet. Le test salivaire se révèle positif. Le conducteur a donc fumé du cannabis. Il est invité à descendre du véhicule. Il n’en fait rien et prend la fuite.

Course-poursuite

Deux cents mètres plus loin, saisi par les remords, il fait demi-tour et retourne au point de contrôle. La voiture zigzague en se dirigeant vers les gendarmes. Un militaire, se sentant menacé, sort son arme. L’automobiliste freine brusquement et pile.

Les gendarmes cassent une vitre pour tenter d’extraire le jeune homme de l’habitacle. Le conducteur met les gaz et prend une nouvelle fois la fuite. Une course-poursuite s’engage. Priorités et stops brûlés, vitesse excessive…

« J’ai paniqué »

Les forces de l’ordre abandonnent, pour ne pas mettre la vie des autres usagers en danger. « J’ai paniqué quand j’ai vu les armes, explique le chauffard. Mais au départ, je voulais vraiment revenir sur les lieux du contrôle. »

Le fuyard parvient ainsi à s’échapper. Il s’arrête dans les Landes où il répare sa vitre brisée. Il en achète une autre dans une casse et l’installe lui-même. Il met ensuite le cap sur le nord de l’Espagne. Il vit dans les forêts, avec des amoureux de la nature qu’il rencontre.

Arrêté… à la préfecture

« J’aime la nature, j’ai toujours voulu vivre comme ça, à l’état primitif. J’ai même proposé à mon père de venir vivre avec moi dans la forêt », confie le jeune homme qui fabrique lui-même son savon et son dentifrice.

Mais au fil des mois, la famille, dont il se sent très proche, lui manque. Il revient en Bretagne. Les gendarmes, qui ont une bonne mémoire, le recherchent. Ils parviennent à le localiser grâce à son portable qu’ils ont réussi à obtenir. Il est interpellé à la préfecture alors qu’il veut refaire son passeport périmé. Il envisageait de fuir en Thaïlande…

« J’en ai marre de m’énerver »

Sa cavale s’est terminée mardi. Le parquet a décidé de le traduire, hier, devant le tribunal correctionnel en comparution immédiate. « J’aimerais me soigner, j’en ai marre de m’énerver comme ça, dit-il à ses juges. Je fume du cannabis depuis dix ans pour me calmer. » Et, puis, en pleurant : « J’aime bien les gens, jamais je n’aurais fait de mal aux gendarmes. »

Le procureur écoute attentivement et juge ces paroles « sincères », « venant du cœur ». « Il y a deux personnes dans cet homme, estime le ministère public. Il présente ses excuses, j’y crois mais en avril, il voulait en découdre avec les gendarmes. » Le magistrat demande ensuite une peine de 18 mois dont 8 de sursis.

Le tribunal tempère : un an dont six mois ferme. Avec mandat de dépôt.

Source : Ouest-France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.