Beaux Un véhicule activement recherché après une violente agression

Un véhicule activement  recherché après une violente agression

Les individus se sont approchés en voiture pour agresser le jeune homme devant chez lui, sur la route.

Un vaste dispositif de gendarmerie, avec une trentaine de militaires mobilisés, a été déployé samedi après-midi, dans l’Yssingelais, tout autour de la commune de Beaux.
Vers 16 h 20,  un jeune homme de 23 ans a été agressé violemment par plusieurs individus alors qu’il se trouvait devant son domicile au village de Courenc,  commune de Beaux.

Un véhicule rouge recherché

Les agresseurs étaient venus à bord d’une voiture rouge. Le véhicule a pris la fuite et il était, samedi soir, activement recherché par les gendarmes. Des barrages et des points de contrôle ont été mis en place sur tous les axes menant à Beaux : depuis Yssingeaux jusqu’à Beauzac en passant par Pont-de-Lignon et Saint-Maurice-de-Lignon. L’hélicoptère de la gendarmerie, basé à Bron, est venu en renfort pour rechercher le véhicule rouge. L’hélicoptère a survolé tout le secteur de Beaux pendant plus de deux heures. Le périmètre de l’agression a été gelé.

Transféré à l’hôpital de Clermont-Ferrand.

Quant au jeune homme agressé, il était diversement blessé,  notamment à une main. Transporté dans un premier temps, par les sapeurs-pompiers sur l’hôpital Émile-Roux au Puy-en-Velay, il devait être transféré dans la soirée à l’hôpital de Clermont-Ferrand.
A Courenc, devant la maison de la victime, les gendarmes ont gelé le périmètre de l’agression. Des techniciens en identification criminelle du Puy sont venus faire des relevés et des prélèvements. Des recherches étaient menées sur le terrain par les gendarmes qui procédaient à une enquête de voisinage sur Courenc. Les gendarmes de l’identification criminelle étaient sur place.
Sur place, on notait la présence du maire de Beaux, Madeleine Grange, ainsi que le commandant de la compagnie d’Yssingeaux, le commandant Didier Beltran.
L’enquête de gendarmerie débute à peine et à ce stade, difficile de savoir quel est le motif de cette agression.
Source : l’Eveil

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.