Argentan Sébastien Moissy, nouveau commandant de la compagnie de gendarmerie d’Argentan-Alençon

Le commandant Sébastien Moissy vient de poser ses valises à Argentan. Il a pris, lundi, le commandement de la compagnie de gendarmerie Argentan-Alençon.

Le commandant Sébastien Moissy vient de prendre la tête de la compagnie de gendarmerie Argentan-Alençon. -
Le commandant Sébastien Moissy vient de prendre la tête de la compagnie de gendarmerie Argentan-Alençon. –

Âgé de 39 ans, père de 4 enfants (9, 7 et des jumeaux de 5 ans), le commandant Sébastien Moissy a pris les rennes de la compagnie de gendarmerie d’Argentan-Alençon lundi matin. Natif de Melun, il aurait pu, en raison de la présence de l’école d’officiers de gendarmerie installée sur la ville, avoir des liens personnels avec la gendarmerie. Mais non. Sébastien Moissy a toujours voulu entrer dans l’armée. La preuve, il a effectué une préparation militaire juste après l’obtention de son bac.

Il démarre dans le civil

Armé de deux diplômes d’ingénieur (informatique et télécommunication et expert en sécurité), il démarre sa carrière dans le civil : les possibilités s’offrant à lui dans l’armée à ce moment-là ne le passionnent pas. Il commence à Paris, poursuit à Lyon pour suivre son épouse.

Mais une carrière militaire le titille. D’anciens camarades de promotion, partis à Saint-Cyr, le poussent à candidater en gendarmerie.

« Au départ, je m’intéressais plus à l’armée de terre. Aujourd’hui, je ne regrette pas : c’est en gendarmerie que nous sommes le plus au contact avec la population. »

École d’officier

Il entre à l’école d’officier de Melun en 2004 pour deux ans. Il prend ensuite son premier poste à Reims où il dirige le peloton d’intervention. Avant un retour sur Paris en 2009 où il entre à la direction générale de la gendarmerie nationale. Là, il exerce pleinement ses compétences au sein du service des technologies et des systèmes d’information de la sécurité intérieure.

« Je travaillais à la création d’outils à la fois pour la gendarmerie et la police nationale. »

Argentan n’était pas son premier choix. « J’ai une résidence en Bretagne et j’aurais préféré cette région. Cependant, je connaissais l’Orne puisque mon épouse a de la famille à Bagnoles-de-l’Orne et Hauterive. »

Arrivé en début de semaine, le commandant Moissy a du pain sur la planche, même s’il sait être « parfaitement secondé par le capitaine Soubien, un homme qui connaît parfaitement le terrain et nos partenaires ». Cependant, il va devoir endosser sa casquette de VRP en allant à la rencontre des élus, de ses collègues de la police nationale ou encore le personnel des tribunaux d’Argentan et Alençon.

Parce que sa compagnie, qui comprend trois communautés de brigades, s’étend d’Argentan à Alençon en passant par Gacé, Vimoutiers, Sées ou encore Putanges. S’il n’a pas participé à la fermeture des brigades ces derniers mois, « je dois en gérer le côté humain. Je me dois d’être à l’écoute des problématiques des gendarmes qui s’y trouvaient en poste. Là, c’est la casquette RH (ressources humaines) de ma fonction. » Avec une autre problématique : sur un effectif théorique de 114 militaires, seuls 104 postes sont pourvus. Des recrutements sont en cours.

Ressources humaines

Des domaines qu’il n’a pas nécessairement trop pratiqués ces dernières années, mais qui l’intéressent. « Le management est une partie passionnante de notre travail. » Sans compter le retour au terrain qu’il apprécie.

Passionné de sport, et particulièrement de triathlon, le commandant Moissy espère trouver le temps de poursuivre son activité.

Christophe RIVARD

Source : Le Journal de l’Orne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.