Après le témoignage choc d’une victime de viol, le parquet d’Évry fait appel à la condamnation de l’agresseur

Après l’appel à l’aide lancé par Karine sur les réseaux sociaux, le parquet a décidé de faire appel concernant la condamnation à deux ans de prison ferme de Bamdad A., jugé pour viols et agression sexuelle.

Ce mercredi, Bamdad A., chauffeur de taxi, est ressorti libre de la cour d’Assises d’Evry-Courcouronnes. Jugé pour une agression sexuelle et deux viols commis en 2016, cet homme a été déclaré coupable et a été condamné à six ans de prison, dont deux ferme avec aménagement de peine. Donc sans passage en prison.

A l’énoncé du verdict, Karine, 25 ans, l’une des trois victimes, s’est effondré. Elle est sorti du tribunal et a publié une vidéo que nous avons partagée. Dans cette dernière, elle dénonce l’absence d’emprisonnement.

“Il a eu un aménagement de peine: il n’ira pas en prison”, déplore Karine. “Est-ce que c’est normal? Il a été condamné à cette peine-là parce qu’il a eu un enfant il y a deux ans, et qu’on ne veut pas briser la vie d’un père!”

Après cette médiatisation de l’affaire, le parquet a fait appel de la décision. Ce dernier avait requis douze ans d’emprisonnement, assortis de sept ans de suivi socio-judiciaire. Un écart important qui justifie cette décision.

Le tribunal a de son côté prononcé une peine de six ans de prison dont deux fermes en raison du “gage d’insertion, par le respect depuis plusieurs années de l’obligation de soins et par l’existence d’une situation familiale et professionnelle stabilisée”. Un verdict qui a sidéré Samantha, une autre de ses victimes.

“J’ai été obligée de sortir de la salle. J’ai fait une grosse crise d’angoisse, je n’arrivais plus à respirer. C’est encore une fois lui dire ‘Bon, ce que vous faites, ce n’est pas grave’ et lui donner encore une chance de recommencer”, déplore-t-elle.

Le parquet d’Evry a alors fait appel du verdict initial, et un second procès devra donc se tenir. « C’est un soulagement », réagit Me Sonia El Midouli, l’avocate de la jeune victime. « Nous avons toutes les chances d’obtenir un verdict plus sévère en appel »

L’avocate a décrit lors de l’audience le comportement de l’individu : « il passait ses nuits à rôder et utilisait un mode opératoire compulsif et répétitif. » L’accusé était jugé en état de récidive légale par la cour d’assises, après avoir été condamné à un an de prison avec sursis pour agression sexuelle sur une mineure, dix mois avant les viols pour lesquels il était cette fois-ci jugé. Il a également interdiction d’exercer la profession de chauffeur de taxi.

Nous renouvelons notre soutien aux victimes. N’hésitez pas à commenter et soutenir les trois jeunes filles en commentaire.

Source : Actu Forces de l’ordre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.