Allemagne : Davantage de personnes vaccinées arrivent dans les unités de soins intensifs

Le lobby de la vaccination dans la politique allemande se bat bec et ongles contre la prise de conscience de plus en plus évidente que la vaccination, non seulement n’a pas du tout changé la donne, mais au contraire semble même augmenter le risque d’infections.

Le lobby de la vaccination dans la politique allemande se bat bec et ongles contre la prise de conscience de plus en plus évidente que la vaccination, non seulement n’a pas du tout changé la donne, mais au contraire semble même augmenter le risque d’infections.

Le récit de l’efficacité et de l’innocuité des vaccinations corona, qui se répand contre toute évidence depuis deux ans, subit une pression croissante. Des tentatives sont donc faites pour dissimuler le fait que les personnes vaccinées sont infectées par le corona au moins aussi souvent, voire plus souvent, que les personnes non vaccinées.

Une demande de la députée AfD Daniela Oeynhausen, au gouvernement de Brandebourg, a révélé quelles astuces sont utilisées en Allemagne. Cela a montré que la distinction entre les incidences sur sept jours des personnes vaccinées et non vaccinées était « considérée comme n’étant plus nécessaire » et qu’elle a donc été supprimée du rapport de situation « Covid-19 » du pays, précisément au moment où la plus grande incidence d’infection chez les personnes vaccinées est devenu évident.

Un mois après la suppression, le phénomène s’est également répété chez les personnes ayant reçu des rappels. « Le gouvernement de l’État semble vouloir dissimuler une évolution intéressante avec le changement des statistiques », a critiqué Oeynhausen, qui est elle-même médecin. Le fait que la vaccination  protège « à peine » contre les omicrons ne rentre pas dans  les « calculs politiques » du gouvernement de l’État . Le Premier ministre Dietmar Woidke (SPD) avait mis en garde contre une  « pandémie de non vaccinés » sur la base de ces calculs d’incidence et appelé à des mesures plus strictes pour ce groupe.

Exigez une politique corona « enfin sans peur ni alarmisme »

Oeynhausen a expliqué que l’AfD appelait à une  « politique corona basée sur la situation réelle sans peur ni alarmisme » . Bien sûr, le fait que les personnes vaccinées tombent malades avec Corona plus fréquemment et souvent encore plus gravement, pas seulement dans le Brandebourg. Les données du registre de réanimation DIVI sur la période du 8 août au 4 septembre, qui ont même été rapportées par les grands médias, montrent que les personnes vaccinées étaient significativement surreprésentées dans les services de réanimation : Avec 1.597 cas, il y avait plus de personnes vaccinées dans les unités de soins intensifs, ce qui correspondait à un le pourcentage supérieur que celui du taux de vaccination dans la population.

En revanche, la proportion de personnes non vaccinées, 253 cas (13,7%), était inférieure à ce à quoi on aurait pu s’attendre, compte tenu de leur proportion dans la population totale. Le groupe le plus important dans les unités de soins intensifs, avec 1.029 cas (55,6.%), comprenait même les patients ayant reçu une triple vaccination. 286 personnes ont même été vaccinées quatre fois ou plus.

L’agitation des experts

Les partisans de la vaccination tentent de se sortir de leur embarras avec des subterfuges. « Mélanger ici différents aspects et les interpréter librement ne rendrait pas justice à la question », a déclaré le porte-parole de la DIVI, Torben Brinkema. L’association médicale d’État du Mecklembourg-Poméranie occidentale a parlé d’une  « connexion construite » . Le vice-président Wilfried Schimanke a expliqué que pour déterminer pourquoi les personnes vaccinées avaient parfois une évolution plus sévère de la maladie, d’autres facteurs tels que l’âge et les maladies concomitantes devaient être pris en compte. Selon les informations de DIVI, cependant, de telles données n’existent pas car la protection des données interdit la collecte de  « données spécifiques au patient »  afin qu’aucune conclusion ne puisse être tirée sur les individus.

En clair, cela signifie que tout en passant outre les droits fondamentaux pour obliger les gens à se faire vacciner et à faire des restrictions inutiles, ils ne sont pas disposés à assouplir temporairement la protection des données afin de déterminer si ces vaccinations fonctionnent et à quel point elles pourraient être dangereuses. Cette ambiguïté permet alors à Schimanke et à d’autres d’affirmer simplement que les inquiétudes concernant les vaccins à ARNm sont  « sans fondement face aux milliards de doses vaccinées « . Il a également déclaré sérieusement que la déclaration des effets secondaires par les médecins dépendait de leur degré de scepticisme à l’égard des vaccins à ARNm.

l’ignorance au lieu de l’illumination

Au vu de la pression vaccinale omniprésente qu’exercent les gens comme lui et du temps nécessaire, seule une fraction des médecins est disposée à déclarer des effets secondaires, ce qui lui semble inconnu. Le biologiste moléculaire Paul Cullen et le virologue Martin Haditsch ont souligné les risques des vaccinations par ARNm. Le risque est beaucoup trop élevé, surtout pour les jeunes, car les protéines de pointe ont un effet toxique sur le corps humain et pourraient déclencher des maladies auto-immunes. Ils ont également exprimé leur inquiétude quant au fait que les nanoparticules contenues dans les vaccins causeraient des dommages génétiques.

Encore une fois, je ne peux que regretter que ces découvertes soient encore largement ignorées et que d’innombrables personnes continuent d’être contraintes à une injection inutile et dangereuse qui fait infiniment plus de mal que de bien.

Source

Source : L’Echelle de Jacob

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.