Alerte crime de guerre ! la ville industrielle de Marioupol est l’otage des psychopathes d’Azov. Mises au point du tireur d’élite Erwan Castel

Un rapport de Erwan Castel

Erwan Castel rêve d’une « Europe aux cents drapeaux » dont l’unité serait fondée sur le respect de ses peuples natifs et fondateurs et la reconnaissance de leurs identités dans une vision fédérale fondée sur les principes de subsidiarité et de démocratie participative. Il est tireur d’élite au sein de la Brigade internationale Piatnashka.

Marioupol, otage des psychopathes d’Azov

Publié le 6 mars 2022

A Marioupol, pour la deuxième journée consécutive, la mise en œuvre des corridors humanitaires n’a pas pu être réalisée à cause de provocations sur les sorties de la ville. Ce nouvel abandon, confirmé oar le Comité de la Croix Rouge Internationale, a été attribué par la partie ukrainienne à des tirs russes et républicains, une version bien entendu relayée et amplifiée par tous les médias occidentaux trop heureux de remettre une couche de diabolisation russophobe quitte à émettre une imbécilité monumentale (au point où ils en sont, une de plus ou une de moins…).

Car un enfant de 8 ans peut comprendre que le maintien de la population dans une cité menacée par un assaut ne profite EN AUCUN CAS aux assaillants, surtout s’ils cherchent à temporiser leurs attaques pour épargner au maximum les civils.

Une zone urbaine en revanche où il n’y a plus que des défenseurs puissamment retranchés et motivés risquant de causer des pertes importantes aux attaquants peut être tout simplement rasé par l’artillerie avant leurs assauts.

Et un des officiers du régiment Azov dans une déclaration au matin du 6 mars 2022, en réaction négative aux potentielles évacuations humanitaires a confirmé leur volonté de conserver un bouclier humain autour de leurs positions :

Dans ce communiqué vidéo, réalisé avant le début des provocations autour de Marioupol et diffusé dès les premiers tirs, cet officier d’Azov, en accusant bien sûr les russes d’en être les auteurs, appellent les habitants à ne pas vouloir quitter la ville, et même à préparer des cocktails molotov pour aussi combattre.

La volonté de prendre en otage la population, de l’utiliser comme bouclier humain pour limiter les frappes des forces russes est également confirmée dans la vidéo suivante où on constate que les radicaux nationalistes ont organisé des positions défensives au milieu des quartiers résidentiels encore habités.

Et si vous n’êtes pas convaincu par la psychopathie des radicaux d’Azov, de leur mépris criminel pour les civils et leur profond débilisme, regardez cette vidéo prise par un habitant de la ville et qui montre des combats entre les militants d’Azov et une colonne de blindés entrant dans Marioupol : https://www.dailymotion.com/embed/video/x88nhvh?pubtool=oembed

D’aucuns pourrait croire ici que les combats entre les russo-républicains et les ukrainiens ont commencé dans la ville… Que nenni ! il s’agit en fait d’une unité de la 36ème brigade ukrainienne d’infanterie de Marine, se repliant dans la ville depuis ses positions bombardées près de Sartana et qui est prise à partie par des combattants d’Azov qui pensaient voir une unité russe entrer dans la ville. Cette vidéo nous apprend 4 choses importantes :

  • Le degré de nervosité des radicaux nationalistes qui savent qu’après leur inéluctable défaite, s’ils survivent ils devront rendre compte de leur fanatisme nazi et criminel.
  • Tactiquement, de l’organisation d’une ligne de défense à l’intérieur du tissu urbain pour mieux organiser des embuscade antichar contre les forces russes.
  • Techniquement, l’absence de communication entre les unités ukrainiennes qui peut rapidement être un point faible dans leur coordination défensive.
  • La présence volontaire ou forcée de civils au milieu des zones militaires et des combats futurs, ce qui va compliquer sérieusement les approches offensives.

Le secteur de Marioupol

Extrait d’une carte réalisée par le site Dragon First, un excellent site de suivi cartographique du conflit – le lien se trouve ici : https://dragon-first-1.livejournal.com.
Sur cette carte on peut voir le mouvement de repli de la 36ème brigade ukrainienne vers Marioupol au cours duquel de ses unités ont été prises à partie par des radicaux du régiment Azov (vidéo ci dessus), lesquels refusent que les civils soient évacués.

Une source proche du président ukrainien a rapporté que l’Etat Major s’était plaint auprès de lui du sabotage par les nationalistes des opérations d’évacuation humanitaire à Kharkov. De son côté le président russe Poutine a appelé son homologue français Macron pour qu’il fasse pression sur le président Zelensky afin que ses unités nationalistes respectent le droit international humanitaire pour les civils bloqués par eux dans les villes assiégées.

Pour conclure, je rappelle ici que prendre en otage une population civile pour l’utiliser sciemment comme bouclier humain pendant des combats est un crime de guerre qualifié par les conventions internationales de Genève. Si les ukropithèques repliés dans Marioupol persistent dans ce comportement aussi lâche que criminel et que des centaines de civils meurent dans les combats, il sera préférable pour ces soudards de mourir au combat plutôt que d’être fait prisonniers par les forces de libération qui s’approchent de Marioupol !

Alerte crime de guerre !

Publié le 7 mars 2022

Lorsque les mensonges des médias occidentaux sur la guerre en Ukraine refusent de montrer l’horreur du régime ethnocentré de Kiev massacrant des civils innocents, alors ils ne sont pas seulement les collabos abjects d’une propagande néo-nazie mais les complices condamnables de ses crimes de guerre.

Le traitement médiatique occidental du siège de Marioupol est révélateur de cette inversion accusatoire menée par les occidentaux depuis 8 ans concernant les événements tragiques se déroulent dans le Donbass.

Quelques rappels passés:

  • La ville de Marioupol tombe sous la botte des néo-nazis du bataillon spécial Azov (devenu régiment) le 9 mai 2014, lors d’un assaut blindé sur la foule commémorant la victoire de 1945 : plus de 100 morts et disparus et des centaines de blessés.
  • Depuis 2014 les élections dans cette ville très majoritairement pro-russe sont annulées ou les candidatures pro-russes invalidée.
  • Depuis 8 ans le régiment Azov qui a fait de Marioupol sa garnison et son bastion nationaliste exerce sur sa population russophone intimidations, répressions, politique signalée par le comité des droits de l’Homme.

Aujourd’hui cette ville qui est le bastion Sud des forces ukrainiennes dans le Donbass est encerclée par les forces russes et républicaines depuis le 4 mars 2022 avec dans ses murs une population civile encore importante (environ 400 000 personnes) et prise en otage par les combattants ukrainiens qui veulent l’utiliser comme bouclier humain.

Les banlieues Est de la ville assiégée de Marioupol

Les 5 et 6 mars les 2 tentatives d’évacuation vers Zaporodje ont été annulées à cause de provocations attribuées bien sûr aux forces russes ce qui est militairement une absurdité totale car tout assaillant qui.chercheca les épargner a intérêt à voir les civils abandonner la ville qu’il assiége.

Pour faire immédiatement faire taire ceux qui m’accusent de rapporter ici des mensonges propagandistes concernant la prise d’otage de la population civile par les soudards ukrainiens, voici la vidéo d’une discussion entre une jeune femme de Marioupol et un soldat ukrainien :

La jeune femme:
« Pourquoi l’évacuation a été annulée ? »
Le soldat ukrainien:
« Soyez contente que vous ne soyez pas fusillés »

De plus 3 rapports inquiétants sont sortis de la ville depuis 48 heures confirmant que les civils de Marioupol sont les boucliers humains des forces ukrainiennes aux abois:

  • Plusieurs sources signalent que les forces ukrainiennes ont entièrement miné le périmètre urbain: abords mais aussi bâtiments, et le chiffre de 10 000 mines est évoqué.
  • Le 5 mars, alors qu’il n’y a pas de tir d’artillerie dans le secteur, dans la ville un bâtiment a explosé. Il.y aurait 200 civils sous les décombres.
  • Le 6 mars un informateur de la police de Mariupol signale au renseignement que dans l’usine d’Azovstal de Marioupol le Commandant du régiment « Azov » a fait venir et a bloqué des dizaines de civils dans des ateliers minés par ses soldats.

A quoi peut-on s’attendre ?

Alors que le forces russes appliquent, au risque de subir des pertes plus importantes, une stratégie de guerre de précision s’efforçant de ne viser que des objectifs militaires ukrainiens, on observe un délire hystérique de la propagande occidentale qui au contraire décrit de leur part des frappes aveugles et des destructions globales de villes et de villages.

Dans ce contexte médiatique et dans ceux de leur encerclement et défaite inévitable, les radicaux nationalistes retranchés au milieu de Marioupol pourrait être tentés de commettre un crime de guerre contre une population civile russophile qui leur est hostile et chercher avec l’appui de la propagande de guerre ukro-atlantiste à en attribuer la responsabilité aux forces russes bombardant leurs positions et installations militaires.

Voilà pourquoi il est vital de diffuser au maximum ces informations pour éventer un false flag monstrueux qui vraisemblablement se prépare dans la ville de Marioupol !

Images d’une guerre en Ukraine !

Extrait d’un rapport publié par Erwan Castel le 6 mars 2022 dans lequel vous pouvez voir 10 vidéos de bombardements de population civile réalisés entre 2014 et 2017, avant l’invasion russe du 24 février 2022 : alawata-rebellion.blogspot.com/images-dune-guerre-en-ukraine.html.

J’interromps ici cet interminable martyrologe ukrainien, car je m’aperçois que tous ces bombardements de population civile ont été réalisés avant l’invasion russe du 24 février 2022 et depuis 2014 !.

Pourtant pendant ces huit années c’est un silence occidental honteux qui entourait les explosions d’obus et les cris de souffrance du Donbass. Mais où étaient-elles donc pendant ces 8 années passées toutes ces pleureuses médiatiques qui aujourd’hui hurlent et tremblent sur commande ?

Pitoyables occidentaux, la bien pensance cathodique ne vous a pas seulement détruit votre sens critique et votre liberté de pensée, mais elle a aussi pris le contrôle sur vos sentiments humains les plus élémentaires que sont la liberté de penser, la compassion et l’indignation par exemple.

Désormais en Occident, on rit et on pleure sur commande, on s’indigne sur commande pour les libertés des autres, tout en portant masque et pass sanitaire sur commande, on répète sans réfléchir ce que l’expertocratie médiatique achetée affirme, on crache sa haine sur commande contre un pays que l’on ne connait pas et on soutient un régime d’assassins qui tuent les familles du Donbass depuis 8 ans pour aujourd’hui hurler contre une Russie qui ne forcée d’arrêter cette folie belliciste infectant le coeur de l’Europe depuis des années !

Il est temps que jaillisse de ce chaos de la pensée une Europe aux cent Donbass qui redonnera à ses peuples le goût de la rébellion et la volonté de reconquérir leurs libertés perdues dans cette asservissement millénaire à une pensée unique occidentale dont le totalitarisme atteint aujourd’hui un paroxysme inégalé !

Le 24 février, la Russie n’a pas commencé une guerre, elle a imposé la fin de celle déclenchée dans le Donbass par le régime atlantiste de Kiev depuis 2014 (environ 15 000 morts tout en dirigeant son action contre la décadence mondialiste esclavagiste et suicidaire.

« A Saint Pétersbourg, la rue m’a appris
que lorsque la bagarre est inévitable il
est préférable de frapper le premier »

— Vladimir Poutine

Entrevue en direct de Moscou avec le sniper Erwan Castel, volontaire dans la Brigade internationale Piatnashka de l’armée de la République Populaire de Donetsk. Dimanche le 13 mars 2022 à 11H (Montréal) — 19H (Moscou) — 17H (Paris) simultanément sur YoutubeTwitter et VKontakte. C’est un rendez-vous à ne surtout pas rater !

Source : Guy Boulianne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.