Affaire Ramadan: “Les intégristes ont un problème avec la sexualité” (Boutih à i24NEWS)

L’ex député PS Malek Boutih dans “Conversations avec Anna Cabana” le 15.03.2018
i24NEWS
C’est la première fois que je vois des gens signer une pétition pour réclamer la liberté d’un criminel sexuel

“Partout dans le monde, les intégristes ont un problème avec la sexualité dans toutes les religions,” a réagi jeudi soir l’ex-député Malek Boutih dans “Conversations avec Anna Cabana” au sujet de l’islamologue suisse Tariq Ramadan mis en examen pour viols.

“Il est très marquant que dans toutes les religions, les franches intégristes se focalisent sur la question sexuelle et les femmes. Etcomme les intégristes sont des hommes avec un petit “h”, souvent c’est leurs propres obsessions qui sont projetées et qu’ils projettent dans les sociétés,” a-t-il affirmé.

L’ex-directeur de SOS Racisme s’est dit “impressionné” par le nombre de personnalités qui se sont portées caution de Ramadan “sans aucune connaissance des accusations.”

“C’est la première fois que je vois des gens signer une pétition pour réclamer la liberté d’un criminel sexuel,” a-t-il lancé sur i24NEWS.

“Deux recteurs de mosquées en France ont été au bord de me menacer par rapport au cas Ramadan. Cette affaire n’est pas finie ni sur le plan judiciaire ni sur le plan politique,” a-t-il estimé.

Une troisième femme a porté plainte pour viols, mercredi dernier à Paris contre l’islamologue suisse déjà inculpé et incarcéré depuis un mois pour des faits similaires.

Le théologien a été inculpé le 2 février pour viols, dont l’un sur personne vulnérable, après les plaintes de deux femmes fin octobre qui ont débouché sur une enquête confiée à trois juges d’instruction.

Tariq Ramadan, qui conteste ces accusations, a été écroué en banlieue parisienne, la justice craignant une possible fuite, des pressions sur les plaignantes ou une réitération des faits.

La détention de ce petit-fils du fondateur de la confrérie islamiste des Frères musulmans a suscité un vif émoi dans une partie des rangs musulmans, certains dénonçant un “deux poids, deux mesures”, voire un “complot” contre une des rares figures médiatiques de l’islam européen.

Tariq Ramadan avait invoqué son état de santé pour contester cette détention, qui a été confirmé par la cour d’appel de Paris fin février sur la base d’une première expertise médicale. Cette dernière avait remis en question les deux maladies, une sclérose en plaques et une neuropathie, dont le théologien dit souffrir, jugeant leur diagnostic “incertain”.

Pour revoir l’intégralité de l’intervention de Malek Boutih : 

(affaire Ramadan à 18′ 10)

Source : i24 News.tv

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *