Aéromodélisme : ces hélicoptères plus vrais que nature sont réalisés par un électricien du Jura

ftv5057-00_00_11_11-4297622© Philippe Arbez, France 3 FC

Depuis près de 20 ans, Bernard Pindellier construit des hélicoptères radio-commandés de grande taille d’une précision redoutable, copies conformes de modèles existants utilisés par les douanes, la gendarmerie ou la protection civile.

Il est passionné d’aéronautique depuis toujours. D’avions, bien sûr, mais surtout d’hélicoptères.

Une passion qui a conduit Bernard Pindeller à se lancer il y a près de vingt ans dans l’aéromodélisme, grâce à sa femme, comme il l’explique en souriant :

« J’ai commencé à fabriquer des maquettes statiques en plastique, que je collectionnais.  Un jour, mon épouse m’a offert un petit Caliber en me disant que ce serait plus intéressant qu’il vole vraiment. C’est comme ça que j’ai commencé. »

Des modèles de très grande taille

Très vite, Bernard Pindeller est passé à la vitesse et à la taille supérieure, en se lançant dans la reproduction à l’identique d’un hélicoptère Puma, à l’échelle 1-4.

000_16p4g5-4308196Exemple d’un Puma, hélicoptère utilisé par l’armée française. / © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Pour en venir à bout, il lui aura fallu cinq ans et plus de 1 000 heures de travail, car pour ce perfectionniste qui travaille à partir de photos d’originaux, le moindre rivet doit être reproduit à l’identique.

Après ce premier défi, cet électricien de métier, qui a aussi été mécanicien auto en course de côte, s’est lancé dans la fabrication à l’échelle 1-5 d’un hélicoptère de la gendarmerie. Puis depuis deux ans, dans celle d’un EC 135 comme en utilisent les douanes, avec une turbine au kérosène, qui devrait être terminé d’ici un an.

7474061086_df2dd2db7d_k-4308218
EN France, l’Eurocopter EC-135 est utilisé ou a été utilisé aussi bien par les gendarmes que les douanes ou le SAMU. / © ALEXANDRE PREVOT / FLICKR

« Au départ, j’achète le fuselage, c’est-à-dire l’enveloppe extérieure, qui arrive fermée et que je découpe pour aménager l’hélicoptère, avec des pièces qui sont à 80 % faites maison. »

Oser piloter

Reste maintenant à ce constructeur hors-norme à apprendre à piloter ses modèles réduits, car dans le monde de l’aéromodélisme, il fait figure d’exception : si ses réalisations sont exceptionnelles, il n’a jamais osé les piloter, « de peur de les casser », explique-t-il, « surtout avec le temps et  l’investissement que ça représente ».

Depuis quelques semaines, il est donc devenu membre du club d’aéromodélisme du plateau maîchois, à Charquemont, où il termine les réglages de son hélicoptère de la gendarmerie avec un pilote de modèle réduit chevronné, Christophe Pierre, qui baigne dans le milieu des modèles réduits depuis quarante ans.

Au club, seuls deux des pilotes sont spécialisés dans le maniement des hélicoptères, comme l’explique son président Patrick Many. Le club compte pourtant 22 licenciés, dont quelques-uns posent devant leur modèle réduit sur cette photo :

Capture d’écran 2019-06-24 à 12.10.45D’ici quelques semaines, grâce aux conseils des uns et des autres, Bernard Pindeller devrait donc oser prendre les commandes d’un de ses modèles réduits, pour la première fois en presque vingt ans !

Aéromodelisme : des hélicoptères plus vrais que nature
Reportage Elisabeth Braconnier, Philippe Arbez et Thomas Hardy. Montage Emmanuel Dubuis. Avec Bernard Pindeller (Constructeur d’hélicoptères radio-commandés) et Christophe Pierre (Pilote de modèle réduit, Club d’aéromodélisme du plateau maîchois)

Source : France TV Info

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.