A divulguer : Arrêt de la Cour suprême

Ci-dessous une information importante.

Dans plusieurs mails j’ai fait référence au livre de Robert F. Kennedy jr. « Anthony FAUCI – Bill GATES – Big Pharma – leur guerre mondiale contre la démocratie et la santé publique », qui constitue un véritable réquisitoire contre ces personnages odieux.

J’ai insisté sur le fait que Kennedy est opposé aux « vaccins » (qui n’en sont pas), et préalablement qu’il a démontré l’existence de traitements précoces efficaces qui auraient pu sauver de nombreuses vies. L’interdiction faite aux médecins généralistes d’utiliser ces soins précoces était donc bien un acte criminel. Mon affirmation, dans mon courrier de juillet 2021, que nos dirigeants sont des criminels était donc bien fondée.

Je compte utiliser cet arrêt de la Cour suprême dans mon action auprès du tribunal administratif ; sans cependant me faire d’illusion.

Colonel Jacques Amiot

Arrêt de la Cour suprême
Presque personne n’a remarqué que Robert F. Kennedy jr. gagne le procès contre tous les lobbyistes pharmaceutiques. Les vaccins Covid ne sont pas des vaccins. Dans l’arrêt, la Cour suprême confirme que les dommages causés par les thérapies géniques d’ARNm Covid sont irréparables. Étant donné que la Cour suprême est la plus haute juridiction des États-Unis, il n’y a plus d’appels et les appels ont été épuisés.

Robert F. Kennedy a souligné dans une première déclaration qu’il s’agissait d’un succès qui n’a été possible que grâce à la coopération internationale d’un grand nombre de juristes et de scientifiques.
Bien sûr, ce jugement ouvre quelque chose à l’international, surtout ici en Suisse, ce jugement devrait faire des vagues, car la Suisse a ici une position particulière avec sa constitution fédérale.
D’une part, le Codex de Nuremberg dans la Constitution avec l’article 118b, et l’utilisation abusive du génie génétique chez l’homme est interdite en Suisse, conformément à l’article 119 de la Constitution fédérale.
A cela s’ajoute l’article 230bis du code pénal,
… Ainsi, les auteurs risquent jusqu’à 10 ans de prison.

Mais ce jugement devrait également inciter le reste du monde à s’asseoir et à prendre note, car le Code de Nuremberg est internationalement valable et est également inclus dans l’article 7 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques.
Dans le cas d’accusations criminelles, la déclaration doit notamment faire référence au scandale Contergan afin d’accorder un poids particulier à l’importance de cette accusation. La politique est donc confrontée à un automne chaud.

Source : https://boersenwolf.blogspot.com/2022/08/supreme-court-urteil-bestatigt-covid.html

aucun média n’en parle, ni en Suisse, ni en Europe.
A nous de faire passer le message

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.